Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 End of the universe, have fun. Bye bye ! [UC]

Aller en bas 
AuteurMessage
The Master

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/01/2010
Localisation : On your planet, taking over your city.
Emploi/loisirs : See above.
Humeur : Supreme

MessageSujet: End of the universe, have fun. Bye bye ! [UC]   Mar 11 Jan - 23:28

Nom : Tusso
Prénom : Victor Remi A.
Alias (le cas échéant) : The Master
Age : Neuf siècles et des poussières
Profession/activité :Maître incontesté de l'univers en devenir, et accessoirement Maire de Redemption.
Mensurations : (Malheureusement, ça, j'ai pas eu droit ...)

Format de votre histoire de référence (livre, film, série …) : Série britannique
Titre : Doctor Who
Auteur/producteur : Sydney Newman et Donald Wilson puis Russel T. Davies
Année de production / d'écriture :1963-//
Intrigue :
    [Copyright : Wikipedia] Cette série relate les aventures du Docteur, un extraterrestre, un Seigneur du Temps (Time Lord) originaire de la planète Gallifrey. Dans la première série, exilé par son peuple, il voyage à bord d'un TARDIS (Time And Relative Dimension(s) In Space, ou Temps à relativité Dimensionnelle inter Spatiale en français), une machine pouvant voyager dans l'espace et dans le temps. Particulièrement attaché à la Terre, il est régulièrement accompagné dans ses voyages par des compagnons, pour la plupart humains. Le TARDIS a l'apparence d'une cabine de police (construction typiquement britannique ressemblant à une cabine téléphonique), le système de camouflage étant resté bloqué.Comme tous les Seigneur du Temps, le Docteur a le pouvoir de se régénérer, ce qui explique sa capacité à changer de corps lorsqu'il est proche de la mort. Dans la seconde série, le Docteur est le dernier survivant de sa race, anéantie par la grande guerre du temps contre les Daleks, les pires ennemis du Docteur. Le Maitre est un Seigneur du Temps tout comme le Docteur, bien que ça soit un de ses pires ennemis. Il apparaît dans l'ancienne série, dans le film de 1996 et dans la saison 3 et 4 de la nouvelle série. Même si on le voit mort à la fin du film, on apprend par la suite qu'il a été ressuscité par les Seigneurs du Temps, afin de participer à la Guerre du Temps.


Apparence physique :
    Comme tout seigneur du temps, le Master a droit à treize régénérations : mortellement blessé, il peut choisir de se régénérer plutôt que de perdre la vie (ce qu'il a déjà cependant fait à plusieurs reprises, mais c'est une autre (et longue), histoire, et de ce fait son apparence a plusieurs fois changé du tout au tout au fil des siècles. Cependant il semble avoir une affinité particulière avec le corps qu'il occupe actuellement, ce dernier étant plus jeune que ses incarnations précédentes, et donc plus dynamique et plein de ressources, à l'instar du Docteur actuel. Quoi qu'il en soit, voilà à quoi il ressemble : de taille moyenne, châtain/brun aux cheveux toujours gardés impeccablement court, avec une petite mèche à la tintin en plus plate, rasé de près et avec un penchant pour le costume-cravate (ben quoi, quitte à régner, autant le faire avec style …) , il est mince (les mauvaises langues diront fluet) et affiche l'allure d'un homme d'une trentaine d'années, s'avançant gentiment vers la quarantaine, pas plus. Tout comme sa nemesis, il a un visage particulièrement expressif, en particulier lorsqu'il s'agit de jouer le gentil imbécile ou de pimenter ses traits de sadisme en affichant des mimiques volontairement exagérés. Bref, en règle générale, il a surtout le minois du sale gosse du fond de la classe auquel on aimerait bien décocher une baffe.


Gouts et dégouts :
    The Master est un homme aux goûts simples qui se contente de peu : chaos et destruction, voire dans l'idéal la domination totale et complète de l'univers et de tout ce qui s'y trouve, pour le simple plaisir de faire brûler à petit feu un peu de ses nouvelles propriétés, tout en s'en gardant suffisamment pour se faire un joli pécule, sinon ce n'est pas drôle – et plus particulièrement, pouvoir admirer l'expression du visage de ses prisonniers (triés sur le volet, s'il vous plait) durant le processus. Plus simplement, il aime tout ce qui à trait au pouvoir (pour lui) et à la souffrance et la destruction (chez les autres). Si sa seule peur et limite à ses excès est celle de mourir, qui causera sa perte lors de sa dernière tentative de domination de la Terre et affiliés, ce dernier s'est cependant volontairement laissé mourir pour s'assurer de gâcher la victoire du Docteur - prouvant qu'il est littéralement prêt à tout pour le plaisir d'avoir le dernier mot. Il est horripilé par tout ce qui a trait aux émotions autres que le pur plaisir sadique, et a une sainte horreur qu'on fasse preuve de compréhension et de commisération a son intention - tout comme il méprise toute trace d'apitoiement, d'héroïsme ou de gentillesse chez les autres.


Qualités/défauts :
    Que les choses soient claires : s'il peut vous apparaître de prime abord comme un gentil boulet, the Master est purement et absolument cinglé. ( un peu comme dans la chanson : s'il vous paraît plutôt sympa lorsqu'il vous serre la main, plus tard en comptant sur ses doigts, on s'aperçoit qu'il en manque un). Il est l'illustration même de l'expression "damaged beyond repair", et ce qui lui restait de santé mentale, pour peu qu'il en ait jamais vraiment eu, a mis les voiles il y a des siècles. Sadique, enfoiré jusqu'au bout mégalomane, hyperactif et incontrôlable, il n'a qu'une ambition, celle de s'emparer, détruire ou dominer tout ce qui existe, et ne vit et ne respire littéralement que pour atteindre ce but. Autant dire que niveau vie sociale, il est loin de remplir le quota de 300 amis réglementaires demandé par facebook. Ce dernier étant incapable (ou n'en ayant tout simplement pas la moindre envie) de considérer ceux qui l'entourent comme autre chose que des instruments remplaçables lui permettant de concrétiser ses envies, ou comme le dernier joujou à torturer à la mode, il ne fait pas vraiment bon de figurer dans son entourage proche. Fait que sa récemment défunte femme n'aurait pas manqué de confirmer … Ce dernier possède cependant un charisme pour le moins indéniable, qui, allié à une intelligence redoutable, un talent pour la comédie (et l'hypocrisie) et un don naturel pour tisser les plus machiavélique, lui vaut de parvenir à s'associer à ceux qui lui sont nécessaires le temps d'arriver à ses fins – pour ensuite se faire un plaisir de graver leur nom sur une jolie plaque de marbre. En tant que seigneur du temps, il possède également un intellect, des connaissances et une intuition - notamment au niveau des phénomènes physiques et mathématiques - très largement supérieurs à ceux des humains.


Signe(s) particulier(s) :
    Depuis qu'il a regardé à l'intérieur du Vortex Temporel étant enfant, The Master a en permanence dans sa tête un bruit similaire à celui de tambours battants, sur un rythme identique aux battements de coeur d'un seigneur du temps - nuit et jour, quoi qu'il fasse, à chaque instant de sa journée. C'est probablement le majeur facteur de sa folie.


Équipement ou armes notables :
    Un laser screwdriver (tournevis laser), conçu spécialement pour em-enquiquiner le Docteur. Non content de lui permettre de tuer un humain sur le coup, ce dernier peut influer sur le vieillissement de tout être dont il possède l'Adn. On peut également supposer qu'il possède au moins quelques capacités similaires ou proches de celles du tournevis sonique du Docteur.


Histoire personnelle :
    The Master grandit sur Gallifrey, planète d'origine des Seigneurs du temps, la civilisation la plus intelligente et développée de l'univers à cette époque. Selon ses propres mots cependant, grandir sur Gallifrey pouvait difficilement être considéré comme une "enfance", mais "plus une vie de devoir" Il était alors le meilleur ami du Docteur - qui par la suite allait devenir son rival et pire ennemi, et dans leur jeunesse, ils avaient l'habitude de jouer ensemble dans les champs qui se trouvaient près de chez lui. D'après ses dires, son père possédait des terres, avec des "pâtures d'herbes rouges", à proximité du "Mont de la Perdition". (DW: The End of Time) Le Docteur et le Master avaient notamment l'habitude de faire le mur pour boire avec les Shobogans. Comme la plupart des futurs seigneurs du temps, il fut formé dès l'âge de ses huit ans pour subir une cérémonie visant à regarder à l'intérieur du Vortex Temporel par le biais du au Schisme Intempéré, un trou dans le tissu de la réalité. On dit que certains deviennent fous, en le regardant ... Ce qui sembla être son propre cas. Cela se manifesta l'apparition d'un son constant de tambours qu'il entend constamment dans sa tête depuis lors, qui semble s'accentuer à mesure que le temps passe. Ce fait devait constituer la première pierre d'un long déclin de sa santé mentale, probablement aidé par la présence permanente du bruit des tambours, à intervalles de quatre coups rapprochés, qui ne quitta plus jamais son esprit à compter de ce jour. Pas une seule minute, pas une seule seconde ... Quoi qu'il en soit, le Master se posa en Nemesis du Docteur, poursuivant de manière plus qu'obsessionnelle la réalisation de ses deux objectifs ultimes : lui pourrir la vie, et devenir le maître de l'univers. Après avoir fini par être plus ou moins détruit, ce dernier fut ramené par les Seigneurs du temps au cours de la Dernière Grande Guerre du Temps qui les opposèrent au Daleks, pour qu'il les aide à défendre Gallifrey. Il déserta malheureusement (ou heureusement) à l'instant où l'empereur des Daleks prit le contrôle du Cruciforme, terrifié (oui, bon. Ça arrive à tout le monde) par l'importance du conflit. En même temps, prenez les deux races les plus puissantes de l'univers et regardez-les s'entretuer en direct … Quoi qu'il en soit, ce dernier prit la fuite jusqu'à la fin (temporelle) de l'univers, où il pourrait être à peu près sûr de ne pas être retrouvé, utilisant une Arche Caméléon (appareil permettant à un seigneur du temps de permet au Docteur de mettre sa personnalité / mémoire dans une montre et de devenir (temporairement) humain) pour s'assurer parfait anonymat – perdant de la sorte tout souvenir de ce qu'il était en réalité. Trouvé par les humains étant enfant, le Master recommença donc tout à zéro en tant qu'humain, s'investissant dans ce nouveau "rôle" au point de ne jamais s'en réveiller, jusqu'à devenir un vieil homme altruiste résolu à donner sa vie pour aider les quelques humains restants à échapper à la fin de toute chose en rejoignant Utopia. Connu sous le nom de Professeur Yana, sa personnalité avait changé du tout au tout quand le Docteur, à cause d'une mauvaise manipulation, finit par tomber de nouveau sur lui, ignorant qu'il se trouvait face à son "pire ennemi". Les deux hommes s'apprécièrent presque instantanément et commencèrent à travailler ensemble sur le projet Utopia. Doux et compréhensif, le Professeur Yana était l'opposé de la personnalité du Master : seuls restaient son intelligence hors du commun et la montre qui enfermait ses souvenirs et sa personnalité … Montre que Martha, qui voyageait avec le Docteur a cette époque, reconnut. Tentant de dissimuler son trouble pour ne pas éveiller les soupçons du professeur à l'égard de l'appareil – qu'il ne devait absolument pas ouvrir – elle ne fit malheureusement guère preuve de grands talents d'actrice en la matière. Fasciné par la montre dès lors que Martha l'eut rappelée à son attention, le professeur Yana finit par l'ouvrir – sa personnalité et ses souvenirs d'origine supplantant aussitôt celle de celui qu'il était devenu. Après avoir fait un sort son assistante, à la fois pour l'empêcher de nuire à ses projets et pour l'avoir importunée par sa présence toutes ces années sans avoir une seule fois l'once d'intelligence de lui rappeler la présence de la montre et ainsi poussé à revenir à lui bien avant. Cette dernière réussit cependant à lui tirer dessus avant de rendre son dernier soupir; le forçant à se replier dans le TARDIS le temps d'opérer une nouvelle régénération … Une régénération plus jeune, plus forte, plus dynamique – à l'image du nouveau Docteur qu'il avait à affronter. Il parvint à fuir la planète en volant le TARDIS – juste après que ce dernier soit parvenu à le verrouiller de façon à ce qu'il ne puisse plus faire le trajet u'entre ici et sa dernière destination – la Terre, vingt-et-unième siècle. C'est là que le Master se rendit – se créant une nouvelle identité, celle d'Harold Saxon, de toutes pièces, il parvint à se faire élire Premier Ministre de la Grande Bretagne, se servant d'un système satellite créé par ses soins, Archangel, pour manipuler en sa faveur l'esprit de ses « concitoyens ».
    En même temps, The Master transforma le TARDIS en "paradoxe machine" dans le but de parvenir à pervertir l'histoire : faisant venir les humains du futur, ceux qui avaient fui vers utopia rencontrés de nouveau à la fin de l'univers (le TARDIS, verrouillé par le Docteur, ne pouvant donc voyager qu'entre cette époque-ci et la Terre au vingt-et-unième siècle), qui s'étaient entre-temps aperçu qu'Utopia n'étaient qu'un mythe et qu'il n'y avait plus rien, et s'étant auto-transformés pour survivre en des machines (sortes de grosses boules métalliques flottantes munies de pipiques qui font doucettement mal et de rayons lasers qui désintègrent sur le coup). Depuis sa base mobile, le Vaillant, en orbite autour de la Terre, il se servit d'eux pour tuer le président américain, capturer le Docteur et le capitaine Jack Harkness et s'emparer de la Terre, faisant des humains ses esclaves dans l'intention de s'en servir pour fabriquer suffisamment d’armement pour entrer en guerre contre le reste de l'univers,avec bien évidemment comme visée finale d'en devenir le maître. S'il ne parvint pas à asseoir ce statut, il resta cependant maître de la Terre une année entière, année pendant laquelle il fut loin de s'ennuyer. En plus de geler le Nil, il empoisonna la Mer Caspienne, construit des usines de fusion en Chine, créa des puits de rayonnement en Europe, fit brûler les îles du Japon et détruit New York City. Il fit également graver son visage sur le Mount Rushmore, et ordonna qu'on construise des statues à son effigie aux quatre coins de la planète pour affirmer sa domination. Ses manœuvres prirent une telle ampleur que la planète fut bannie du reste de l'univers, qui la classifia comme trop dangereuse pour être approchée. The Master voulait faire de la Terre une nouvelle Gallifrey et créer un nouvelle empire qui s'étendrait d'un bout à l'autre de l'univers, pour y perdurer "une centaine de billions d'années". Pour cela, il imposa un régime dictatorial et despotique sur Terre. Les habitant souffrirent énormément de la surpopulation, plusieurs familles se trouvant souvent rassemblées sous un même toit ,et une régression économique et technologique massive se produisit dans les centres urbains ainsi négligés. Beaucoup d'humains y laissèrent la vie. Il finit cependant par être vaincu au cours d'une révolte menée par le Docteur à bord du Valiant. La destruction de la machine à paradoxe par le Capitaine Jack Harkness permit de faire remonter le temps juste avant l'invasion par les Toclaphanes. Sur Terre, ce fut comme cette année n'avait jamais eu lieu ... Mais tous ceux présents sur le Valiant au moment de la destruction de la machine gardèrent le souvenir de ce qui s'était produit. Alors que le Docteur allait le mettre sous arrêt, le Master se fit tuer par Lucy Saxon, qui avait profité de la confusion pour s'emparer d'une arme feu, et s'écroula dans les bras du Docteur. C'est là qu'il rendit son dernier soupir, son refus de se régénérer marquant sa dernière mesquinerie : ainsi, le Docteur, qui ne veut pas voir mourir le dernier autre représentant de son espèce, perd, et lui obtient le dernier mot : "I win.".
    [sources : mon visionnage de la série plus le fabuleux Doctor Who Wiki]



Trivia (Détails importants mais trop anecdotiques pour figurer dans la biographie): //

Citations de votre personnages, ou décrivant votre personnage (tirées de la source officielle, et pertinentes pour donner une idée de son physique, de sa personnalité, etc … ) :

    [the Master uses a weapon on Jack]
    The Master: Laser Screwdriver. Who'd have sonic? And the best part is he isn't dead for long, I get to kill him again!

    The Master: So this is your reward.
    [he puts on a mouth and nose gas-mask]
    Albert Dumfries: Excuse me, Prime Minister, but do you mind my asking, what is that?
    The Master: [muffled] It's a gas mask.
    Albert Dumfries: I beg your pardon?
    The Master: [lifts the mask, repeating himself] It's a gas mask.
    Albert Dumfries: Yes, but why are you wearing it?
    The Master: [muffled] Well, because of the gas.
    Albert Dumfries: I'm sorry?
    The Master: [lifts mask again, repeating himself] Because of the gas.
    Albert Dumfries: What gas?
    The Master: [gesturing to the room, muffled] This gas.
    [gas is released into the room from the speakerphone on the conference desk]
    Albert Dumfries: You're insane!
    [the Master grins and gives a double thumbs up]
    Albert Dumfries: [Albert dies, followed by the rest of the Cabinet]

    The Master: Sorry. Sorry, I have this effect, people just get obsessed. Is it the smile? Is it the aftershave? Is it the capacity to laugh at myself? I don't know; it's crazy!

    The Doctor:(à propos de Gallifrey) Well, perfect to look at, maybe. And it was, it was beautiful. They used to call it the Shining World of the Seven Systems. And on the continent of Wild Endeavour, in the mountains of Solace and Solitude, there stood the Citadel of the Time Lords. The oldest and most mighty race in the universe. Looking down on the galaxies below, sworn never to interfere, only to watch. Children of Gallifrey were taken from their families at the age of eight to enter the Academy. Some say that's where it all began, when he was a child. That's when the Master saw eternity. As a novice, he was taken for initiation. He stood in front of the Untempered Schism. It's a gap in the fabric of reality through which could be seen the whole of the vortex. We stand there, eight years old, staring at the raw power of time and space, just a child. Some would be inspired. Some would run away. And some would go mad.

    The Master: Shall we decimate them? That sounds good, nice word, decimate.
    [to the Toclafane]
    The Master: Remove one tenth of the population!

    The Master: The Time Lords only resurrected me because they knew I'd be the perfect warrior for a Time War. I was there when the Dalek Emperor took control of the Cruciform. I saw it. I ran. I ran so far. I made myself human so they would never find me. Because... because I was so scared.
    The Doctor: I know.
    The Master: ALL of them? But not YOU. Which must mean...
    The Doctor: I was the only one who could end it. And I tried. I did. I tried everything.
    The Master: What did it feel like, though? Two almighty civilizations, burning.
    [sighs at the thought]
    The Master: Oh, tell me, how did that feel?
    The Doctor: Stop it!
    The Master: You must have been like God.

    The Master: Can't you hear it?
    [taps the beat again, continuously]
    The Master: Inside my head. I thought it would stop. But it never does. It never, ever stops. Inside my head. The drumming, Doctor, the constant drumming.
    The Doctor: I can help you. Please, let me help.
    The Master: It's everywhere. Listen. Listen. Listen. Here come the drums... here come... the drums.


[Citations toutes extraites de Doctor Who – The sound of drums]

Quelles sont les motivations de votre personnage, à son arrivée dans la ville de Redemption ?
    Dès son arrivée à Redemption, et en apprenant les "particularités" de la ville, son envie immédiate fut bien sûr de mettre sous sa coupe ce nouveau joujou si original, pour le simple plaisir du geste maintenant qu'il s'y était installé. S'il est rapidement parvenu à accéder au poste de Maire, cependant, la partie ne fut pas gagné pour autant, loin de là, en particulier à cause de ces fichus têtes de mules qui continuent à ne pas le laisser faire ce qu'il veut de sa ville - et au final, il a fini par se prendre au jeu. sa préoccupation principale est de récupérer ou détruire tout ce qui a encore l'audace d'échapper à son influence, et de rajouter sa sauce particulière au bordel ambiant. Certains qui le connaissent bien prétendent qu'il aurait d'autres ambitions, plus dissimulées. Si tel est le cas, personne ne semble les connaitre.



Exemple de RP (minimum 20 lignes, décrivant l'arrivée de votre personnage à Redemption, où une période clef de son existence s'il est né ici) :
    Le Master se releva lentement, regardant autour de lui, une expression d'amusement ennuyé sur le visage. Son esprit était passablement embrumé d'être (mort et ramené, encore une fois) parti du devant de la scène si longtemps, et ce qu'il pouvait discerner de son environnement à la lumière tremblotante des (bougies ?!) était loin d'être en accord avec les dernières bribes de souvenirs qui s'étaient accrochées à son esprit. Le Valiant, la trahison de cette petite peste de Lucy Saxon (les femmes, toujours les femmes, mais elle le paierait incessamment sous peu), l'expression du Docteur, d'un pathétique inestimable, lorsqu'il l'avait supplié de ne pas mourir, le regard hébété de Chewbacca et de sa famille témoin, la satisfaction mal dissimulée de la blague cosmique et ses pensées s'arrêtant comme une montre mal remontée. Et maintenant, ça. La première chose à faire était probablement d'essayer de déterminer en quoi exactement ce ça constistait.

    Première étape, localisation : il se tenait au milieu d'un pentacle (Un pentacle. Faire plus cliché aurait été difficile - il fallait vraiment qu'ils arrêtent de passer ces séries de chasseurs de démons pour adolescent à la télévision avant que ne fonde ce qui restait de neurones dans les petites têtes des humains, déjà guère fournis en la matière) tracé à la craie au milieu de ce qui ressemblait à un entrepôt abandonné, quelque part sur Terre, uniquement éclairé de cierges allumés un peu partout sur le sol. Il était prêt à parier qu'il ne s'était écoulé qu'à peine quelques minutes depuis minuit. Deuxième étape, entourage : trois humains perforés de bouts de métaux pseudo-décoratifs en tout genre, maquillage à faire pleurer Kiss et Marylin Manson. Deux avaient pris la fuite en criant "oh, putain" lorsqu'il était apparu. Le troisième restait, ébahi, assis devant le pentacle à gober les mouches, un livre grand ouvert à plat devant lui. Les yeux vitreux d'un chat - noir – éventré étaient tournés dans sa direction, le sang caillé de l'animal descendant jusqu'au bord du pentacle en s'insinuant dans une crevasse. Merveilleux. Il venait tout juste d'être ressuscité – ou plutôt invoqué, en l'occurrence, par trois gothiques boutonneux qui avaient selon toute vraisemblance volé un bouquin dans le grenier de leur arrière-grand-mère pour avoir une expérience terrifiante à raconter sur leur blog. A la tête qu'affichait le plus courageux des trois, on devinait sans peine qu'il n'avait pas la moindre idée du résultat que produirait sa petite manœuvre. Ah, les amateurs …La bouche de l'humain finit par se refermer au bout d'une longue attente, se rouvrant pour articuler péniblement :


    Vous … Vous êtes Satan ?

    Le Master le fixa un temps, avant d'éclater de rire, le pré-ado se figeant automatiquement pour braquer sur lui un regard entre la circonspection et la terreur pure. C'était un miracle que le gosse n'ait déjà pas mouillé son pantalon. Le seigneur du temps se rapprocha, ses pieds nus laissant des traces de condensation sur le sol vaguement humide de l'entrepôt.

    Oh que non, ne suis pas Satan. Mais tu ne perds pas au change, crois-moi. Un type désagréable au possible, ce Satan, aucun sens de l'humour. Bon commerçant par contre, il a monté une petite entreprise de chauffage, et elle tourne plutôt bien. Il laissa passer quelques secondes, histoire de marquer une pause dramatique. Toujours efficace, ça, et le rire de méchant. Mais il l'avait déjà utilisé, et le réemployer dans un laps de temps inférieur à sept minutes risquait de ruiner tout l'effet. Par contre, d'ici quelques minutes, tu risque de regretter qu'il ne soit pas là à ma place. Les risques du métier, je suppose …

    Il prit le visage de l'humain au creux de sa main pour le forcer à croiser son regard. Il y avait bien une ou deux éternité qu'il n'avait plus utilisé ses capacités d'hypnose de cette façon, mais c'était probablement comme l'aquaplaning : ça ne s'oubliait pas. Il eut un sourire de satisfaction quand l'expression de son vis-à-vis se fit apathique, ses yeux restant fixés sur lui avec la vivacité d'un poisson rouge laissé quelques heures en vacances hors de son bocal. Le son des battements incessants -un deux trois quatre, un deux trois quatre – s'était encore accentué dans son esprit, une fanfare assourdissante pour fêter son retour parmi les vivants. Qu'importe la qualité du Medium. S'il était revenu ici, à cet endroit précis -sur Terre au vingt-et-unième siècle, encore et toujours, au milieu de la toile infinie des myriades d'époques et de galaxies entremêlées dans le vortex - c'était pour une raison bien spéciale, il en était persuadé.

    Alors … Si maintenant tu me disais tout ce que je dois savoir sur cet endroit ?


Images représentant votre personnage (liens ou miniatures uniquement) :


Comment avez-vous connu le forum ? Qu'est-ce que vous n'avez pas compris dans le "ma ville" ?
Code du règlement : Check By Jordanou
Questions, commentaires, suggestions : (APRES avoir lu le règlement) Aucun(e).

Je certifie avoir plus de quinze ans, avoir pris connaissance du règlement et jure solennellement de le respecter si je ne veux pas mériter un aller simple pour mon propre bureau. Je joue le personnage du Master par simple plaisir et dans un but non-lucratif, lequel appartient à ses créateurs. S'il m'appartenait, vous croyez vraiment que je viendrais perdre mon temps ici ?

Noémie

_________________

And so it came to pass that the human race fell, and the Earth was no more.
And I looked down upon my new dominion as Master of all,
And I thought it good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: End of the universe, have fun. Bye bye ! [UC]   Dim 10 Avr - 21:48

Et là, je suis contente de dépendre du gouvernement fédéral plutôt que de la mairie pour mes crédits... On en est à combien d'immortels -- ou pseudo-immortels -- au juste ? Trois ? Au secours !
Bref; validé, hein, sans surprise. Et nan, vous n'aurez pas mon ADN, pas envie de vieillir avant l'âge !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
End of the universe, have fun. Bye bye ! [UC]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: RED LANTERN ATROCITUS
» WOMEN OF THE DC UNIVERSE SERIES: DOVE ( série 3 )
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: LARFLEEZE THE ORANGE LANTERN
» Bleach-Universe
» COVER GIRLS OF THR DC UNIVERSE : WONDER WOMAN ( ARMORED)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Registres :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: