Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me [UC]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jayme Eddisun

avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 10/01/2011
Localisation : Chez les primitifs
Emploi/loisirs : Strip-teaser/Pole dancer
Humeur : (Très) lascive

MessageSujet: Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me [UC]   Ven 11 Fév - 23:41

Nom : Eddisun
Prénom : Jayme
Alias (le cas échéant) : //
Age : 23 ans
Profession/activité : (Ex-voyageur spacio-temporel et recruteur pour le Departement de Recherche Eschir) Strip-teaser et Pole dancer au Cloud Nine / Agent de terrain à Requiem

Apparence physique :
    Laissons tomber toute fausse modestie dès le départ : atteignant la taille raisonnable d'un mètre quatre-vingt, savamment musclé, avec un visage fin, un sourire agréable et des yeux de gosse, Jayme a un corps qui vend du rêve et ce n'est pas pour rien s'il aime le montrer. S'associant à un corps bien proportionné et sans un pet de graisse (dû entre autres à son train de vie, au sport de chambre et à son incapacité de se poser plus de cinq minutes) une crinière blonde et indomptable qui ondule voire frise à loisir (un peu trop à son goût, d'ailleurs) surmonte un visage intensément expressif, et termine de lui donner un charme encore un trait enfantin. Mais si ses traits juvéniles, le sourire lascif quasi-perpétuellement collé à son fasciés ainsi que son regard occasionnel de bébé chiot devant les yeux duquel la mère vient tout juste d'être massacrée (à coups de batte de base-ball) peuvent le faire passer pour une proie facile, Jayme est un excellent bagarreur. Sa musculature pour le moins raisonnable lui a toujours été utile pour minimiser les dégâts à défaut d'éviter les ennuis au cours de ses missions, et sert régulièrement à remettre à leur place ceux qui ont un peu trop tendance à le prendre pour la pute de service. Il a deux tatouages : le mot "lollipop" au niveau du pelvis (frontal), juste au dessus de la ceinture, ainsi que celui apposé par le Département de Recherche Eschir, représentant un serpent qui se mord la queue (voir fin de bio).

Gouts et dégouts :
    D'abord une attirance manifeste pour tout ce qui tient au "decorum militaire", et une admiration qui tient à la vénération pour les hauts exploits militaire, qui le pousse par extension à vouloir jouer les héros chaque fois que l'occasion se présente - et plus encore lorsque c'est lui qui doit aller le chercher. A part ça, les les amours de Jayme sont assez simples : alcool - synonyme de vodka (à doses suffisantes pour tuer un humain), luxure sous - presque- toutes ses formes, nouvelles expériences et malheureusement pour les oreilles de son entourage, la musique qui tourne sur son lieu de travail ( à préciser pourtant qu'il a une très belle voix lorsqu'il ne chante pas de la m....). Grand accro à la junk-food (grande nouveauté par rapport à la nourriture artificielle, vendue sous forme de tablettes, de son époque) - en revanche peu enclin à consommer de la drogue. Il lui arrive cependant d'en consommer exceptionnellement à cause de son goût pour les "nouvelles expériences". En dernier lieu, Jayme aime énormément son boulot au Cloud Nine et le train de vie qui va avec, qui, contrairement à celui de voyageur du temps, lui plait énormément, ainsi que son travail à la station ... même s'il perdrait un bras plutôt que de reconnaitre ce dernier point. Ce qu'il n'aime pas, en revanche ? Qu'on touche à ce qui est à lui, qu'on s'en prenne à quelqu'un/quelque chose auquel il tient, ou encore qu'on le prenne ouvertement pour un con et là, il est très facile de se retrouver d'un coup avec la tête dans le mur, sans bien comprendre la transition qui a permis d'en arriver là ... Sinon, Jayme est d'avant tout et d'essence un show-man - en ce sens qu'il a besoin d'être un centre d'attention perpétuel, et qu'il supporte mal la solitude ... S'il fréquente un peu tout et n'importe quoi, c'est bien parce qu'il préfère être mal accompagné que seul. Loin d'être un solitaire, il est un peu trop sociable et a un besoin perpétuel de compagnie. Souvent à ses dépens.

Qualités/défauts :
    Autant être honnête tout de suite, les défauts de Jayme sont particulièrement nombreux. Tout d'abord un côté très « show-off », qui fait de son métier l'idéal en ce qui le concerne. A cela s'ajoutent une propension importante à l'alcoolisme et à la nymphomanie, et une conception pour le moins personnelle de la monogamie et la vie de couple, un côté auto-destructeur assez poussé, ainsi qu'un manque absolu et définitif de volonté lorsqu'il s'agit de limiter les excès : il est quasiment aussi facile de l'entraîner dans à peu près tout et n'importe quoi que de piquer sa sucette à un gosse ... Hyperactif et impatient, Jayme est une tête brûlée, complètement inconscient et dénué des bribes les plus élémentaires d'instinct de préservation, dont le passe-temps préféré semble être de s'attirer des ennuis (majoritairement à cause de son goût insatiable pour les « nouvelles expériences ») … A une propension naturelle pour enchainer les conneries il allie un talent digne de X-factor pour s'enfoncer lui-même lorsqu'il s'agit de s'excuser ou de se justifier. Refusant toute attache, il aime clamer haut et fort qu'il considère les notion de couple et d'attachement terriennes comme un truc vaguement primitif et qu'il n'est ici que pour s'amuser. Associez à tout ça un caractère de gamin en manque d'attention (vous savez, le genre de gamin à demander "c'est quand qu'on arrive" toutes les trente secondes jusqu'à ce que vous vous fassiez un devoir de l'étrangler pour abréger vos souffrances – et les siennes), et une petite tendance à la cleptomanie non agressive (c'est à dire avec intention de rendre, sauf quand il perd l'objet en question ...) et vous aurez en gros un portrait de l'animal.
    Pourtant, Jayme est loin d'être aussi naïf qu'il n'y parait. S'il peut paraître souvent candide, inoffensif, voire un peu simplet sur les bords - bref, la personne idéale à couillonner à loisir - il ne faut pas oublier qu'il a passé des années à être un escroc - activité de laquelle il a hérité le réflexe de paraître inoffensif pour mieux tromper son monde. Il sait très bien ce qu'il fait, à défaut de toujours savoir pourquoi il le fait, et, même s'il prétendra toujours mordicus le contraire, l'assume. Et quand il décide qu'on s'est un peu trop foutu de lui ... ça peut faire mal. Sinon, malgré son abondance de défauts, quand il arrive à se poser un peu Jayme est quelqu'un d'agréable à vivre : souriant et volontaire, il vit intensément et ne se laisse que rarement abattre bien longtemps. Foutue tête brûlée, il a surtout besoin d'être cadré, et lorsqu'il s'attache effectivement à quelqu'un il est loyal et dévoué. Majoritairement droit, il défend ses convictions quand il le faut et bien que de prime abord, il semble suicidaire de lui confier une responsabilité quelle qu'elle soit, lorsque c'est effectivement le cas il lui tient à coeur de l'assumer jusqu'au bout : s'il peut s'appliquer tant qu'il veut à paraître désabusé jusqu'au bout des ongles et du reste (surtout du reste), Jayme a à coeur de prouver ce qu'il vaut. Bon tireur et bon combattant, il a une soif d'apprendre quasi-insasiable et ne rechigne ni pour apprendre ni pour se mettre à la tâche à ce sujet – tant qu'on sait par quel bout le prendre.



Signe(s) particulier(s) :
    En tant qu'Eschir, ses organes internes sont inversés par rapport aux humains, de même que les deux hémisphères cérébraux, et il possède deux foies. Sa température corporelle tourne aux alentours de 47 ou 49 degrés, et il est beaucoup plus souple qu'un humain ordinaire, un trait qui lui est particulièrement utile dans son métier.

Équipement ou armes notables :
    Possède un mécanisme permettant de voyager dans l'espace et le temps, introduit à la base du crâne et de la moelle épinière, qu'il ne peut cependant plus utiliser. Sur le terrain, son arme de prédilection reste, depuis son arrivée sur Terre, un Smith and Wesson Sigma.


Histoire personnelle : (min 20 lignes)
    Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine … [grondement dramatique de Wookie en arrière-plan] … Non pas un gamin avec une coupe au bol qui jouait avec un aspirateur et un tournevis chez son grand-père, mais une planète nommé Eschira. Cette planète était beaucoup moins développée que les autres planètes du reste de son système solaire et considérée comme clairement primitive (c'est à dire un peu plus développée que la notre à l'heure actuelle), mais puisqu'il s'agissait d'une énorme source de matière première, un traité implicite garantissait la paix à ses habitants tant que le commerce avec ses voisins perdurait et fleurissait ...Jusqu'au jour où un peuple encore plus lointain la trouva à son goût, et entama de massacrer les habitants pour les motiver à se trouver une autre terre d'accueil, qui ne fasse pas partie de leur tableau de chasse. Les autres planètes du système, privées de par ce revirement de situation de leur source principale de matières premières, aidèrent les Eschirs à fuir leur planète et engagèrent une guerre pour tenter de la récupérer. Des colonies furent fondés pour les accueillir en attendant la victoire, la principale se trouvant sur B-52, planète non habitable recouverte de mers toxiques, aménagée à la va-vite pour l'occasion. La guerre se termina par l'explosion d'Eschira, dont le noyau était devenu instable suite aux conflits sans fin qui la déchiraient, et ce qui ne devait être qu'une colonie d'accueil temporaire, B-52, devint donc la nouvelle terre des Eschirs. Les Eschirs disséminés un peu partout dans l'univers s'y regroupèrent et la qualité de vie s'y fit bien meilleure, B-52 devenant une terre paisible où il faisait bon vivre (à défaut de se baigner), dont la capitale fut baptisée Eschira, en l'honneur de la planète perdue ... Cependant, au fur et à mesure que la colonie se développait pour devenir une nation à part entière, une peur tenace persistait au sein de la population Eschir celle d'être à nouveau chassée de sa terre par manque de moyens technologiques pour assurer sa protection. Le gouvernement de B-52 décida donc de prendre des mesures drastiques pour s'assurer que ce ne soit pas le cas. Apprenant qu'une autre Nation, la population Namtack, avait développé une technologie permettant de voyager dans l'espace et le temps, ils la leur volèrent et fondèrent Ouroboros, officiellement Département de Recherche Eschir, en réalité composé de groupes d'agents envoyés à différentes époque, différents lieux dans l'univers pour mettre bas toute technologie qui pourrait permettre aux Eschir de se hisser à la place convoitée de nation la plus développée de l'Univers. Et tandis que tout cela se faisait, la nation Namtack fut déclarée officiellement nation ennemie : pour ne pas avoir à se justifier d'avoir volé leur système de voyage dans l'espace-temps, le gouvernement Eschir décida d'inverser les rôles, déclarant que les Namtacks avaient volé leur technologie, obtenant ainsi dans l'affaire le statut de victime. La moindre interaction d'un Eschir avec un Namtack fut donc posé comme acte de traîtrise, et ce pour une durée définitive …

    Au 58ème siècle (en années terriennes), époque de la naissance de Jayme, « l'évolution » de B-52 s'est nettement fait sentir, mais dans le mauvais sens. A côté de ce qu'elle est devenue, les légendaires cités déchues de Sodome et Gomorrhe passeraient pour une succursale de Dysneyland Paris © : les rues d'Eschira sont un endroit où il ne fait jamais bon traîner et encore moins quand il fait sombre, le sexe, l'alcool, la drogue et la recherche du vice et du plaisir quel qu'en soit le prix se faisant non seulement en plein jour mais en toute impunité. La seule limite étant de n'en avoir justement aucune, la moyenne de mortalité est descendue à l'âge de trente ans, la plus basse de ce système solaire, et le trafic d'organe, qui se pratique à la sauvette au moindre recoin de ruelle, en particulier au dépens des plus jeunes qui disparaissent souvent du jour au lendemain, est avec le commerce des corps et des substances illicites l'activité professionnelle la plus florissante de la colonie. Lenn Eddisun, Eschir « pur souche », travaille pour le Département de Recherche depuis des années déjà. Gentil comme un coeur mais d'une naïveté quasi-pathologique, il est marié avec une humaine, Gwenaële, pas vraiment « méchante » mais qui l'a épousé certes parce qu'elle l'aimait bien, mais enfin et surtout pour son salaire relativement confortable de voyageur du temps. Cette dernière lui a fait un peu à contrecœur un enfant, qu'elle aime quand même, Keraë, qui grandit en nourrissant un amour et une admiration sans bornes pour son père, bien que peu présent. L'affaire se complique quand Lenn veut avoir un second enfant. Plusieurs années passent pendant lesquelles Lenn essaie de lui faire un enfant, tandis que Gwenaële prend en douce l'équivalent de la pilule de contraception pour les terriens pour s'assurer de n'avoir qu'un seul fils … Jusqu'au jour où Keraë, alors âgé de six ans et demi s'aperçoit du manège et remplace subrepticement les pilules de sa mère par un médicament visant à traiter les migraines … Quelques jours et un retour de mission plus tard, elle tombe donc enceinte de Jayme. Si Lenn se réjouit de l'évènement inespéré, Gwenaëlle lui fait promettre de quitter le Département pour qu'ils s'installent ensemble sur Terre pour y élever l'enfant, loin de B-52 qu'elle méprise du plus profond de son être. Lenn accepte et finit par faire accepter sa démission, mais les choses tournent mal au cours de ce qui devait être sa dernière mission. Accusé de trahison et d'intelligence avec les Namtacks, Lenn est mis aux arrêts et exécuté quelques jours plus tard.

    Les années passent. Gwenaële, considérant que s'occuper de Jayme est déjà un boulot à plein temps, laisse Keraë s'occuper de soutenir financièrement la famille. Tâche qui s'avère ardue de par son jeune âge à la mort de son père, et le fait que du fait de sa trahison, l'armée ne verse aucune pension à la famille de feu Lenn - cherchant les moyens les plus simples et les plus rapides pour gagner de l'argent, il entame de s'enfoncer dans des affaires louches et glauques qui le dépassent, et de loin. Peu présent, Keraë est cependant des plus attentionnés envers son petit frère, dont il s'applique à prendre soin de son mieux (au contraire de Gwenaële qui s'applique à faire le minimum minimorum suffisant pour ne pas être traitée de mauvaise mère, sans y éprouver la moindre once de plaisir) et tente d'économiser suffisamment pour lui payer des études dignes de ce nom. Jayme quand a lui a pour son frère une admiration proche de la vénération. Jusqu'au jour où les ressources de Keraë, alors âgé de 18 ans (et Jayme 11) finissent par ses retourner contre lui - à ce point que la seule solution qu'il lui reste pour qu'on ne se retourne pas contre sa famille est de se mettre une balle en pleine tête. Jayme ne connut jamais les véritables circonstances de la mort de son frère : sa mère fit passer la chose pour un attentat Namtack, pour éviter à la fois qu'il ne se sente trop coupable et d'écorcher encore plus la réputation de la famille. Si Jayme a de l'affection pour sa mère, la réciproque n'est pas tout à fait exacte et après la mort de son frère la "cohabitation" finit par dégénérer. Jayme accumule les conneries, le fait qu'il gagne de plus en plus en popularité au fur et à mesure qu'il grandit et que son physique se fait des plus agréables n'arrangeant rien à la situation - d'autant plus qu'il a pris le relais de son frère pour se débrouiller pour assumer financièrement le foyer. A quinze ans, Jayme est devenu un "Eschir modèle" et tout ce qui va avec et quand il se fait virer de son lycée pour avoir participer à une orgie en plein cours sa mère le met à la porte sans autre forme de procès. Se retrouvant à la rue, il se "débrouille" donc en escroquant, squattant chez les uns et les autres et faisant un peu de tout, de préférence louche, pendant deux ans. Deux ans après lesquels - âgé de dix-huits ans donc pour ceux qui ne suivent plus - il rencontre l'ex petit ami de son frère Keraë, Kenvel, aka celui qui l'a aidé à se créer les emmerdes qui l'ont entraîné dans la tombe en "lui trouvant des moyens de gagner de l'argent facilement". Il décident de boire un coup en souvenir du bon vieux temps ... Et le lendemain matin Jayme se réveille avec la gueule du bois du siècle, recruté par Ouroboros par contrat signé, avec l'appareillage réglementaire pour voyager dans le temps implanté dans la tête, et partenaire de Kenvel (qui se trouvait en fait être un de leurs agents plus recruteurs).

    Jayme intègre donc le Département de Recherche Eschir, passant les cinq années suivantes à enchaîner les missions pour récupérer de la technologie et aider au recrutement (version politiquement correcte de "bourrage de crâne destiné aux élèves de primaire et de secondaire"). Son emploi du temps journalier se résumant en gros à s'infiltrer dans des civilisations développées aux quatre "coins" du temps et de l'espace, toutes époques confondues pour y dérober les avancées technologiques les plus intéressantes de préférence sans se faire pincer, en équipe avec Kenvel. Temps hors-mission, quant à lui, employé en majorité à écumer les bars ou assimilés, coucher à droite à gauche avec un peu tout ce qui passe sous la main, monter des escroqueries sur le tas - pour se faire de l'argent de poche d'une part, mais aussi et surtout pour le simple plaisir du geste - et se mettre quasi-systématiquement dans les emmerdes, souvent d'ailleurs grâce au talent inné de Kenvel en la matière ... Ce dernier cultivant aussi celui de mettre les voiles quand les choses se corsent trop pour laisser Jayme régler le problème. Un rythme de vie qui l'un dans l'autre, leur convient plutôt - d'autant que pour le moment Jayme bat allégrement le taux de survie record des partenaires de Ken ( qui jusque là s'élevait à trois mois, l'équipier en question ayant fini par être plus ou moins transformé en dentifrice après qu'ils se soient attirés quelques ennuis avec les propriétaires d'une chaine de montage spécialise dans le bucco-dentaire). Jusqu'au jour où les choses ne tournent pas si bien que prévu.

    Jayme a quasi-vingt-trois ans (et toutes ses dents a priori) lorsque Ken et lui sont envoyé dans un coin d'une planète ... Qui se trouve habité par une petite colonie de Namtacks sédentarisés (les Namtacks étant, de base, une peuplade nomade vivant sur des vaisseaux). les choses tournent bien entendu très rapidement au vinaigre quand ils sont découverts ... Jayme et Ken ripostent pour le moins violemment, les choses s'enveniment, Ken parvient à prendre la tangente en traître - Jayme, quant à lui, se faisant blesser et capturer. Mais en cellule, il reçoit la visite du chef de la colonie, qui après avoir longuement discuté avec lui finit par décider que l'Eschir n'est pas une menace. Il lui permet de rester le temps de se remettre suffisamment de ses blessures pour pouvoir repartir ... Temps que Jayme, plus ou moins immobilisé par son état, passe à observer la colonie sans en avoir l'air, commençant sans la moindre intention de se l'avouer à en apprécier les résidents, Namtacks ou non, et plus particulièrement leur chef. Seulement, quinze jours après son arrivée pour le moins violente sur la colonie, il reçoit de la "visite" : une équipe de "sauvetage" envoyée par le Département de Recherche Eschir, auquel Ken a signalé sa disparition ... L'intervention tourne vite au massacre quand l'équipe apprend qu'elle se trouve au beau milieu d'un territoire Namtack, et quand l'un d'entre est sur le point de tuer le chef de la colonie, Jayme intervient, tuant accidentellement l'Eschir qui menaçait ce dernier. Si cette intervention jette un froid suffisant pour mettre un terme aux violences, c'est malheureusement avec les menottes au poings que Jayme finit par repartir sur sa Terre natale. Jugement expéditif au Département de Recherche, sanction sans appel : il est condamné à mort pour haute trahison. Une condamnation un peu particulière cependant : un compte à rebours est placé dans le dispositif enserré dans son crâne lui permettant de voyager dans le temps, qui est à présent programmé pour se détruire dans les deux ans à venir, le tuant bien évidemment par la même occasion. Le tout s'associant à un tatouage sur son épaule, représentant un Ouroboros (serpent qui se mord la queue), au centre duquel est indiqué le nombre exact de jour qui lui reste à vivre (évoluant de lui-même au fur et à mesure que l'échéance ce rapproche) ... Le but de la manœuvre étant de "lui permettre de réfléchir à la portée de ses actes" avant de mourir. L'appareillage permettant ses déplacements spatio-temporels et verrouillé et Jayme est envoyé en exil sur Terre, vingt-et-unième siècle pour le temps qu'il lui reste à vivre (le seul voyage qu'il puisse faire à présent étant Terre 21eme-Eschira, sachant qu'il est voué à être exécute dans l'heure s'il remet un pied sur sa terre natale) ... Pour apparaitre sur la planète bleue près de la source de technologie la plus importante détectée par le mécanisme. Qui se trouve être la salle de meeting de la station de pompage de Redemption, en plein milieu d'une réunion.


Trivia (Détails importants mais trop anecdotiques pour figurer dans la biographie) (facultatif. maximum 6)
  • A un remède très particulier pour soigner la gueule de bois le matin : Vodka cappuccino noisette double crème (préparée par Avalon), avec un trait de sirop d'érable.
  • Habitué à une température constante d'environ 50 degrés sur B-52, a généralement un peu de mal avec les températures hivernales terriennes.
  • Bien qu'il clame le mépriser cordialement, porte autour du cou les plaques militaires Eschir ayant appartenu à son père avant son exécution, que sa mère lui a jetées au visage avant de le mettre dehors, précisant « qu'il aurait bien mieux fait de le rejoindre que de lui pourrir la vie. ».
  • Aime raconter à l'occasion qu'il s'est fait piquer un rein sur B-52, sa planète d'origine (où le trafic d'organe est l'une des industries les plus florissantes du marché), après une soirée un brin trop arrosée.


Quelles sont les motivations de votre personnage, à son arrivée dans la ville de Redemption ?
    Envoyé en exil sur Terre, Jayme n'avait pas la moindre intention de s'y rendre un jour, et encore moins de s'y fixer pour un séjour prolongé .... Dans les circonstances actuelles, le séjour s'annonce de toute façon de courte durée, et est supposé s'écourter dramatiquement. Les projets de Jayme sont donc pour le moment de vivre de la façon qu'il veut et faire tout ce dont il a envie, en em******t le reste du monde ... Et en évitant par dessus-tout de construire projets, attaches, et tout le tralala.


Exemple de RP (minimum 20 lignes, décrivant l'arrivée de votre personnage à Redemption, où une période clef de son existence s'il est né ici) :
    Dans les rues de Redemption, la nuit était déjà tombée depuis longtemps. Il était deux heures du matin et, appuyé au cadre métallique de la porte arrière du Cloud Nine, attendant l'heure de son prochain numéro, Jayme savourait une cigarette volée à Ichabod dans la matinée. Au fond de la ruelle, dans l'espace romantique laissé entre les poubelles aux amoureux préférant concrétiser leur amour ici plutôt qu'au dessus de la cuvette des toilettes du night-club, un couple était en train de baiser, ignorant sa présence. La brume s'était levée – pas ce brouillard fantomatique qui donnait du mystère aux rues familières en arrondissant les angles des rues et des bâtiments entremêlés, mais une bruine pénétrante, de celles qui imprègnent cheveux et vêtements pour vous glacer jusqu'aux os.

    Échouant à réprimer un frisson, Jayme ralluma sa cigarette pour ce qui devait être la troisième fois, regrettant de ne pas avoir pris le temps de récupérer une chemise en sortant de scène. Dire que le climat de cette ville le changeait de son pays – planète – natal(e) ne tenait même plus de l'euphémisme à ce niveau. Tout était glacial ici, de la température des rues à celle des peaux qu'il serait contre lui à longueur de journées et de nuits. Le rare beau jour dont il avait pu être témoin depuis sa récente arrivée à Redemption, ponctué d'un soleil timide et loin d'être franc – probablement effrayé de briser l'humeur morose des lieux – faisait pâle figure par rapport aux 50 à 65 degrès dans les plus beaux jours de l'été qui faisaient office de norme sur B-52. En presque 5 ans de service pour le Département de Recherche, il avait pourtant pu en visiter des frigos – des époques, des planètes où la température maximale ne dépassait pas les 20 à 40 degrés, mais celle-ci raflait allègrement toutes les palmes - surtout niveau humidité. D'un autre côté, c'était aussi la première fois qu'il se trouvait dans un monde aussi peu civilisé. L'Eschir étouffa un rictus à cette pensée. Bien évidemment : ils n'allaient pas l'envoyer dans un monde où il aurait pu tomber sur une chance de s'en sortir …


    Alors c'est entre moi et cette fichue ville, pour les deux années à venir, hein … Je suppose que j'arriverai à m'y faire.

    Jayme laissa tomber le mégot, le regardant atterrir dans une flaque auréolée d'huile pour s'y enfoncer lentement. Il ne s'en tirait peut-être pas si mal, en un sens. Il y en avait plusieurs qui lui plaisaient un peu à la station, comme Ichabod, Tara ou Liz – et puis surtout, il y avait le Cloud Nine. Il adorait le Cloud Nine, et tout ce qui s'y faisait, que ce soit en pleine lumière ou dans les recoins un peu moins exposés. Et la scène …. Il avait pu se trouver ce boulot de strip-teaser dès son premier soir en ville (après quelques arrangements personnels avec le patron des lieux) et il avait hâte d'en finir avec l'entraînement pour se mettre sérieusement au pôle-dancing. Les projecteurs, les escales au bar ou aux toilettes et les regards sans cesse sur lui – son train de vie était encore plus ''speedé'' que tout ce qu'il avait pu connaître jusqu'à présent (et pourtant !) et il adorait ça. Seul point d'ombre au tableau … Ce fichu Namtack que Jack hébergeait à la station. Certes, en soit, le côté Namtack mis à part, il fallait reconnaître qu'il n'était pas si désagréable – surtout physiquement (et le fait qu'ils aient manqué de coucher ensemble avant qu'il ne sache à quel espèce il appartenait était là pour le confirmer) mais il y avait quelque chose chez lui qui le dérangeait. Et le fait qu'il n'arrive pas à mettre le doigt dessus l'irritait encore plus. Enfin. Se décollant du mur, Jayme rentra à l'intérieur du night-club, laissant la porte claquer derrière lui. Pour l'instant, il était l'heure de retourner sur scène – et le reste attendrait.


Acteur/trice incarnant votre personnage : Alexander Richard Pettyfer


Comment avez-vous connu le forum ? Co-créatrice
Code du règlement : Check by Jordan
Questions, commentaires, suggestions : (APRES avoir lu le règlement) Quand j'en aurai, je me les adresserai directement ....


Je certifie avoir plus de quinze ans, avoir pris connaissance du règlement et jure solennellement de le respecter si je ne veux pas mériter un aller simple pour le bureau du Maire.

Noémie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me [UC]   Sam 19 Mar - 22:19

Jayme, babe, tout ceci me semble parfait. Je valise avec joie et vais classer cette fiche avec les autres acceptés... par contre, sois gentil, referme ta braguette. Tu n'es pas au night-club, ici... Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hold Me, Thrill Me, Kiss Me, Kill Me [UC]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kiss & Kill
» Neal Adams’ Thrill Kill: Artist’s Edition Portfolio IDW
» Kill Bill Volume 1 et 2
» [JEU : Flash] KILL KENNY : sauvez le pauvre kenny [Gratuit]
» [AKROSS Con 2010] Kill Him: A Short Detective Story

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Registres :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: