Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petit tour d'horizon du voisinage

Aller en bas 
AuteurMessage
The Master

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/01/2010
Localisation : On your planet, taking over your city.
Emploi/loisirs : See above.
Humeur : Supreme

MessageSujet: Petit tour d'horizon du voisinage   Jeu 2 Sep - 19:48

Ainsi, vous avez choisi de vous établir dans ma ville. Je pense qu'il vous serait utile de savoir à qui vous allez avoir affaire. Si vous voulez bien me suivre... Je vais me faire un plaisir de vous présenter les divers protagonistes qui évoluent ici.

Nous allons donc commencer avec :

L'appareil Judiciaire

  • Composée essentiellement des éléments les plus incapables et les plus dangereux du pays, la police de Redemption est corrompue jusqu'à la moelle. Pots de vin, règlements de comptes, brutalités policières et "cécité" temporaire sont monnaie courante, autant que le blanchissement d'argent et l'espionnage. Les magistrats, eux-mêmes souvent issus des rangs de la pègre, ne valent guère mieux et semblent s'ingénier à tenter de détruire les quelques bonnes choses qui existent dans la ville. Les habitants de Redemption ont depuis longtemps renoncé à toute protection de la part de ce ramassis de mercenaires qui en prennent à leur aise avec les lois en se moquant des sanctions.
    Débordés, mettant sans cesse leur vie en danger pour s'efforcer de protéger les habitants ainsi qu'ils en ont fait le serment en s'engageant dans les forces de l'ordre avec une constance et une tendance au donquichottisme aussi touchantes qu'inutiles, les derniers policiers et magistrats intègres de la ville se comptent sur les doigts de la main et leur nombre plus que réduit les oblige à diversifier leurs capacités. A leur tête, l'archi-Britannique inspecteur principal Frederick George Abberline, ancien détective de Scotland Yard et autrefois chargé de l'enquête sur Jack l'Eventreur, oppose au crime organisé son flegme inébranlable, ses talents d'enquêteur et son charisme naturel de leader. Il est secondé dans sa tâche par la lucide et sarcastique Dr Jordan Cavanaugh, légiste, et le jeune procureur, aussi opiniâtre qu'idéaliste et inexpérimenté, et magnat de la finance Robert Fisher. Tous trois mènent un combat qu'ils savent perdus d'avance, mais refusent pourtant de renoncer. De l'avis général, ils sont les adversaires les plus redoutables de la pègre.


Puisque nous parlons d'elle ! Laissez-moi vous présenter :

Le Syndicat du Crime

  • Puissante et organisée, la pègre est la seule véritable institution de Redemption, dont elle infecte chaque couche de la société. Divisée en sphères d'activité bien délimitées, elle possède une hiérarchie très stricte, et un code impitoyable, dont la seule sentence est la mort pour ceux qui le transgressent. Les chefs de chaque sphère sont rassemblés en une assemblée qui tire en sous-main les ficelles des notables de Redemption, hommes de paille sans consistance, soigneusement triés sur le volet pour se montrer les plus dociles.
    A la tête de ce syndicat, the Scarecrow, aka le Dr Jonathan Crane, dirige d'une main de fer et sans partage cette société parallèle avec la même efficacité que son réseau de trafic de stupéfiants ou que l'asile d'aliénés dont il est le chef-psychiatre et dont il utilise les patients comme cobayes pour ses expériences, tout en maintenant en surface des rapports hypocritement cordiaux avec les forces de l'Ordre pour qui il officie - ironiquement - en tant qu'expert psychiatrique. Sous sa coupe, la pègre de Redemption connaît sans nul doute son âge d'or, et ce n'est que très à contrecoeur et uniquement au pied du mur qu'il n'accepte de s'allier aux autres groupes quand la menace anti-humaine se fait sentir. Son influence indéniable sur la ville est une sérieuse concurrence qu'il ne faut pas sous-estimer... et qu'il me plairait d'éliminer définitivement.


Mais ce n'est pas tout ! Ceux que je vais vous présenter à présent sont très rigolos. Jugez plutôt :

Les Mercenaires

  • Petite armée sans foi ni loi et à qui la discipline tient lieu de principes et les ordres du chef de credo, ce groupe d'hommes et de femmes rompus au combat et entraînés à tuer navigue en electron libre dans les rues de la ville, accordant sans scrupules ses services au plus offrant. Lorsqu'ils sont employés par la pègre, nul n'est alors plus en sécurité nulle part, car ce groupe possède les meilleurs tueurs et tireurs d'élite du monde occidental, et même lorsque c'est la police qui les emploient, ne peut-on dormir tranquille à Redemption, car il arrive souvent qu'ils poussent le vice jusqu'à aller, avec un cynisme effarant, jusqu'à se faire embaucher des deux côtés... simultanément !
    Planificateur hors-pair, manipulateur obsessionnel et exécuteur impitoyable, leur chef a pour nom Jackson Rippner, héritier milliardaire californien de naissance, terroriste de formation, tueur à gages par plaisir, sociopathe complet et qui l'assume. De loin l'un des agents les plus efficaces de sa propre armée, il a une façon toute personnelle de régler les problèmes d'insubordination... définitivement. Il est secondé dans sa tâche par le Commandant Alekseia Iefimovna Tcherniak, ancien sous-officier de l'armée bosniaque, formée aux techniques d'interrogatoire, tireur d'élite et déserteur, terreur de ses hommes autant que de ses cibles. Le groupe a pris ses quartiers dans l'ancien hôpital de la ville, ravagé par un incendie quelques années plus tôt et abandonné au profit d'une structure plus moderne.


Ah, et évidemment, j'ai failli oublier - exercice délicat, ceux-là aiment tellement se faire remarquer ... Les empêcheurs de torturer en rond. Bah, laissons-les s'amuser tant qu'ils le peuvent encore, ça ne fait de mal à personne ... (sauf à eux, il s'entend), j'ai nommé, donc :

Requiem (si seulement ...)

  • Petit groupe de bras cassés rassemblé sur le tas par une sorte d'aberration cosmique qui répond quand on l'appelle au doux nom de Capitaine Jack Harkness (vous aurez noté son naturel modeste) pour lutter contre toute menace qui dépasse le cadre humain, bébêtes aux dents pointues, morts qui ne veulent pas rester dans leur tombe et autres catastrophes surnaturelles, ainsi que moi-même, bien évidemment, sous le fondement que la fin justifie les moyens. Il le dirige avec l'aide de son second – botteur de postérieurs en titre, le chasseur de démons aux formes plus douces que son tempérament, Elizabeth 'Liz' Cooper. C'est dans la vieille station de pompage de la ville, bâtiment réputée hanté, fui comme la peste depuis qu'elle a été le théâtre de morts inexpliquées parmi les ouvriers des ponts et chaussées (pauvres petits ...), qu'ils se sont gaiement retranchés pour établir leur quartier général - s'y barricadant proprement avec du matériel récupéré dans la base militaire de la ville, disparue il y a deux ans dans une explosion. Côté population, bien sûr, on considère avec une vague gratitude mêlée de méfiance ce groupe semi-clandestin qui n'existe qu'au travers de rumeurs, vivant dans l'ombre pour mieux la traquer, d'avis général guère plus fréquentable que ceux qu'ils s'appliquent à combattre. Evidemment. Ils ne font que leur sauver la vie, après tout (les humains ont toujours été des créatures diablement amusantes ... ) Ou plus radicalement, comme une épine dans le pied pour ceux au travers du chemin desquels ils se mettent, ce qui explique le taux de mortalité relativement élevé au sein du groupe. Eh, il faut bien qu'on s'amuse un peu nous aussi ! D'un point de vue plus anecdotique, ils travaillent assez régulièrement avec la "vraie" police de la ville ( celle qui ne touche pas de pots de vins à raison d'une fois par semaine, il s'entend), se complétant l'un l'autre chaque fois que la situation l'exige - ce qui n'est pas toujours triste, au vu de leur tempéraments respectifs.


Enfin. Quittons le domaine bassement humain, si vous le voulez bien, et concentrons-nous sur une autre catégorie de la population qui n'est pas totalement dénuée d'intérêt, quoique légèrement contrariante :

La Camarilla

  • Vous avez tous entendu parler du mythe du vampire. Mais siiii, vous savez bien, ces cadavres aux dents un peu trop affûtés, qui s'ingénient à répandre l'anémie... La surface de la Terre en est infestée, et Redemption ne fait pas exception. La différence avec la plupart des autres villes ? Ici, nos chauves-souris ne se contentent pas de chasser en solitaires, non m'sieur-dame. Ils ont recréé une sorte de société underground, obéissant à un certain nombre de règles et placée sous l'autorité d'un seul maître - ou, en l'occurrence, d'une seule maîtresse : la Comtesse Mircalla Von Karmstein.
    Née en 1650, morte en 1666, cette gamine a réussi par on ne sait quel miracle - de son point de vue - à se faire mordre par un des représentants les plus puissants de son espèce, ce qui lui confère quelques capacités largement supérieures à celles de la plupart de ses congénères - et qui seraient fort intéressantes à étudier à l'occasion. Sans doute cette différence de statut est ce qui lui confère l'autorité nécessaire pour diriger sans conteste possible la société des vampires sous le pseudonyme de Carmilla. A moins que ce ne soit son formidable appétit... Elle a asservi sans difficulté la plupart des créatures sous ses ordres, qui font preuve à l'égard de leur maîtresse du même genre de dévotion qu'une meute de braves toutous à leur mémère... Il faudra m'expliquer...


En descendant encore plus bas dans la bestialité, il nous reste leurs rivaux immémoriaux, les Capulets de leur Montaigus, en un peu plus baveux peut-être ...

Les loups-garous

  • Ces petites bestioles à poils durs et crocs acérés, humains le jour, se transforment en toutous affamés à la nuit tombée, descendant parfois en ville lorsque la faim les prend. Ils ont établi leur territoire dans l'espace de végétation à l'abandon et de bâtiments désœuvrés situé en bordure de fleuve, loin des vampires, auxquels ils vouent une haine aussi épidermique que fastidieuse. Il paraît même qu'ils ont tout le confort et l'électricité, les petits ! La chasse est l'unique principe qui régit leur vie, qu'il s'agisse d'animaux, d'humains ou de créatures … Les deux seules règles en la matière à respecter quand il s'agit de quelque chose d'un peu plus conséquent que les petits (ou gros) animaux étant de ne tuer que des « chasseurs », c'est à dire des personnes ayant déjà tué, et de ne pas tuer gratuitement (hors nécessité alimentaire, défense ou vengeance).
    Là encore, de quoi faire le bonheur des féministes puisqu'ils se trouve sous l'égide d'une fille épaisse comme une biscotte sans sa couche de beurre, Sadie Smith. Cette dernière n'admet aucun écart quand aux règles que sa mentor aujourd'hui décédée avait instaurée, et sait se servir de ses crocs pour les faire respecter. Généralement, ceux des siens qui la sous estiment ont une fâcheuse tendance à …. mourir, tout simplement. Les loups-garous solitaires, ceux qui choisissent de ne pas rejoindre la meute ont le droit de vivre, évidemment … Tant qu'ils ne font pas l'erreur de croiser leur chemin. Sinon couic !
    [voir ICI pour plus de précisions sur les capacités physiques et morphologiques des loups-garous]


J'ai évidemment gardé le meilleur pour la fin :

Me, myself, I... et les autres
  • The Master, pour vous desservir. Également connu sous le nom de Victor Remi A. Tusso, Maire (et accessoirement, Maître incontesté) de cette charmante petite ville, élu presque légalement par vous autres chers concitoyens – ou ceux qui étaient de ce monde à l'élection de 2012, ça change tout le temps, c'est fou ça – et jugé par les médias comme la meilleure chose qui soit arrivé à cette ville sur le plan économique et de la défense depuis les dix dernières décennies. Et ce, sans presque avoir à les acheter. Joli Pedigree. Si,si. Certes un tantinet moins brillant que celui de Maître incontesté de l'univers que j'étais en passe d'occuper il y a peu, mais comme disait Ghandi, il faut savoir se contenter de ce qu'on a. Les objectifs de ceux qui me suivent ne sont autres que les miens : gérer et contrôler ma ville, pour qu'elle ressemble enfin ce que j'attends d'elle : un endroit de rêve où l'espérance de vie ne dépasse pas les cinq minutes.
    Il paraîtrait que j'ai des ambitions et un plan cachés. Si certains d'entre vous se demandent si c'est vrai .... petit exercice d'entraînement cérébral : quel est l'intérêt principal d'un plan caché ? Voilàà, je savais que vous pouviez y arriver. Quoi qu'il en soit, j'accepte ce qui se présente, avec mention spéciale pour les créature sensiblement supérieures aux humains de compagnie, tant que les postulants allient efficacité et sens absolu de la soumission. Sinon, je me contente de ce bon vieil adage : ou on est avec moi, ou on est contre moi. Et ceux qui sont contre moi meurent.
Have fun !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Petit tour d'horizon du voisinage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit tour au Vietnam...
» [INFO] Un petit tour en cuisine
» Un petit tour a Rome
» Un petit tour chez les lutins d'Aziel
» Petit tour d’horizon de l’Arsenal de Toulon en juillet 2004

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Registres :: Règlement & contexte-
Sauter vers: