Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Right here, waiting for you.

Aller en bas 
AuteurMessage
Avalon Serenghetti

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 02/07/2010

MessageSujet: Right here, waiting for you.   Mar 19 Avr - 13:13

Nom : Serenghetti
Prénom : Avalon Karol
Alias (le cas échéant) : /
Age : 25
Profession/activité : Barman et pianiste au cabaret Le Chat Noir / technicien-mécanicien-ingénieur-cuisinier-majordome à la station.

Apparence physique : (min 6 lignes)
    1m88, une petite septantaine de kilos... Avalon semble extrêmement fragile -- beaucoup plus qu'il ne l'est en réalité. Avec son visage pâle, assez juvénile et assez expressif, sa silhouette dégingandée et ses yeux noirs soulignés de cernes bleutés qui à eux seuls trahissent son état d'esprit, Avalon peut tantôt paraître plus âgé que ses vingt-cinq ans, et la minute d'après retrouver ses quinze ans. Dans son costume sombre tiré à quatre épingles, cravate sagement nouée et chemise impeccable, le cheveu sagement tiré en arrière et les gestes mesurés, il ressemble en tous points au majordome stylé d'une grande maison qu'il aurait pu être. Mais lorsque, pour une raison ou une autre, il se sent menacé, pris en défaut ou simplement déconcerté, il perd alors toute contenance et se fige, incapable de réagir, portant sur son interlocuteur un regard terrifié de zorblax pris dans les feux d'un croiseur interstellaire. Toutefois, il vaut mieux ne pas prendre Avalon pour un faible. Très résistant -- résistance entretenue quotidiennement malgré lui -- capable, quand il le veut vraiment, de déployer une force insoupçonnable, bon tireur, Avalon est capable d'être redoutable, même si son caractère ne s'y prête pas.

Gouts et dégouts : (min 7 lignes)
    L'un des centres d'intérêt majeurs d'Avalon est de pouvoir faire joujou à sa guise avec une partie du matériel de la station. En effet, bon bricoleur et rarement à cours d'idées, il adore pouvoir arranger, modifier, améliorer, booster tout ce qu'il peut, du matériel informatique -- qu'il a fait passer à l'heure de la technologie Namtack -- aux véhicules en passant par l'armement. Ses talents en la matière sont d'ailleurs largement apprécié. Sinon, Avalon est un cuisinier tout à fait potable, ce qui serait surprenant, sachant qu'il vient d'un peuple où toute la nourriture était artificielle, si le fait que sa mère, terrienne, lui ait appris les bases de la cuisine ne venait peser dans la balance. De même, Avalon est musicien, un talent rare dans une société qui privilégie les dons "utiles" -- sciences, ingénieurie, commandement, politique, langues... -- et qui, lui aussi, lui vient de sa mère. Bon pianiste, doté d'une belle voix, ayant découvert la musique terrienne sur le tard, il a une prédilection pour le jazz, le blues et les musiques des années 20 à 60. Il aime également se poser dans un coin avec un livre, ayant également découvert les ouvrages de fiction sur le tard. Assez vite il a dévoré des livres policiers, se montrant suffisamment bon public pour se laisser prendre au jeu. C'est aussi un chocoholique et de ce fait est assez facile à amadouer : il ne résiste presque jamais à une tablette de chocolat ! D'une manière générale il est assez gourmand, mais n'a pas besoin de beaucoup manger pour être repus, ce qui lui évite de s'empiffrer. Il apprécie sa vie et le rôle qu'il a à la station, même si à ses yeux, ce rôle n'est pas indispensable.
    Il y a peu de choses qu'il n'aime pas. Mais deux d'entre elles, désormais épidermiques, sont la maltraitance et les agressions homophobes. Ces deux points, dont il a lui même été victime, le font bondir et perdre tout sens de la mesure. Et à priori, il ne ferait pas bon se trouver face à lui dans un cas pareil... Une autre chose qu'il a décidé de ne plus tolérer est qu'on ne le respecte pas. Qu'on ne l'aime pas ne lui est peut-être pas indifférent, mais il le supporte. Mais qu'on lui manque de respect... ça ça ne passera plus.
    Ah, et détail qui a son importance... Avalon est homosexuel. Désolé, mesdemoiselles, inutile d'insister...

Qualités/défauts : (min 7 lignes)
    Avalon est un jeune homme discret, compétent et fiable. Excellent technicien, ingénieur brillant et plutôt débrouillard, il a apporté à la station, ses véhicules et ses équipements, une touche de customisation "à la Namtack" qui a nettement amélioré les performances techniques. Travailleur, il ne rechigne pas à faire des heures supplémentaires, que ce soit à la station ou au cabaret. Calme, en apparence difficile à démonter, le jeune homme a appris à ne jamais montrer ses émotions qu'à des personnes de confiance -- et ces personnes se comptent sur le bout des doigts. En revanche, Avalon manque cruellement de confiance en lui et en ses capacités. Il est incapable de comprendre pourquoi les gens se prennent d'affection ou d'intérêt pour lui. De fait, il a tendance à se laisser facilement embobiner et est effroyablement naïf malgré l'expérience. Buté, quand quelque chose lui tient à coeur ou que quelqu'un qu'il aime est en cause, il perd alors tout sens du danger et de la mesure, et se ferait tuer s'il l'estime nécessaire. Passionné et absolu sous ses dehors sages, il n'a pas beaucoup de limites quand il pète les plombs. Il est capable d'une immense loyauté envers ses amis et les personnes qu'il apprécie, et d'une fidélité sans borne envers la personne qu'il aime. C'est l'homme d'un seul amour, et le jour où il aura trouvé cet amour, son univers entier tournera autour...


Signe(s) particulier(s) :
    En tant que Namtack, Avalon a une morphologie légèrement différente de celle d'un humain. Premièrement, il est naturellement plus mince qu'un humain, ayant besoin de moins manger et de moins de sommeil. Deuxièmement, sa température corporelle flirte avec les 25°C -- celle d'un Namtack normal tournant autour de 20°C, mais Avalon est 1/2 humain -- et troisièmement, son coeur est placé à peu près au centre de sa cage thoracique, quoique légèrement décalé sur la gauche (mère humain oblige) et bat approximativement à 45 pulsations minute.
    L'annulaire et l'auriculaire de sa main gauche sont désormais incapables de se mouvoir suite à leur fâcheuse rencontre avec un talon de santiag. Il a également une grande balafre qui court de sa hanche droite à son épaule gauche. Son oreille droite est percée de trois trous, mais il ne porte plus les boucles depuis longtemps. A l'intérieur de l'avant bras gauche, sous son bracelet, il porte son numéro de matricule, tatoué.

Équipement ou armes notables :
    Un Browning 1925 modifié par ses soins, un bracelet multifonctions -- scanner, rayons x, ordinateur, base de données, accès aux bases Namtacks et, autrefois, déplacements spatio-temporels -- endommagé depuis deux ans, un micro-ordinateur de la taille d'un blackberry.


Histoire personnelle : (min 20 lignes)
    Avalon Karol Serenghetti est, à son grand regret, le fils du Conseiller Oberon Serenghetti, chargé des relations diplomatiques interplanétaires au sein du Haut Commandement de la nation Namtack -- une nation nomade extra-terrestre, très avancée technologiquement, dont la population vit depuis plusieurs millénaires sur d'immenses vaisseaux de tailles variant entre celle de la France et celle de la Lune... Sa mère, Hyojeong Park, était une terrienne, une coréenne née au 28ème siècle. Séduite par Serenghetti, alors jeune diplomate détaché sur Terre, elle fut sa compagne pendant quelques mois, avant qu'il n'apprenne qu'elle était enceinte et ne quitte alors la Terre.
    Avalon naquit en Corée le 25 décembre 2787. son grand-père maternel, alors responsable des échanges financiers entre les Namtacks et la Terre, reprit contact avec l'ancien compagnon de Hyojeong, et, brandissant la menace d'un scandale interplanétaire, obtint de Seren,ghetti qu'il reconnaisse l'enfant et épouse Hyojeong. Avalon n'avait que quelques mois quand le mariage fut célébré et qu'il fut rapatrié avec sa mère sur le vaisseau-mère Namtack en 6187.
    Jusqu'à l'âge de dix ans, Avalon vécut essentiellement seul avec sa mère, ne voyant son père que de loin en loin, pour quelques heures seulement. Ce père, toujours si froid et si dur, au regard d'un bleu de glace qui le toisait sans aménité, le terrorisait et à son départ Avalon passait des heures à pleurer dans les bras de sa mère. Hyojeong lui apprit à parler anglais et coréen, et lui fit découvrir la culture terrienne, tandis que ses précepteurs lui apprenaient le Namtack et l'histoire de son peuple. Très vite, il apparut qu'Avalon faisait preuve de très bonnes dispositions intellectuelles : vif d'esprit, intelligent, doté d'une bonne mémoire et d'un brillant esprit analytique et synthétique, c'était un enfant prometteur. Il trouvait auprès de sa mère encouragements et conseils, et, s'il demeurait assez naîf et peu assuré, sans doute aurait-il pu corriger ces défauts avec le temps...
    Avalon avait dix ans quand sa mère mourut brutalement d'une rupture d'anévrisme. Il dut du jour au lendemain quitter le cocon rassurant des quartiers maternels pour se retrouver projeté dans l'univers froid et impersonnel de son père. Quelques jours seulement après les obsèques de Hyojeong, Obéron épousa sa maîtresse, une Namtack qui attendait son enfant -- Une fille, nommée Arachne. Avalon, propulsé sans préparation dans un monde hostile, perdit le peu de confiance en lui qu'il avait. Toujours studieux, il restait brillant, mais ses enseignants déploraient son manque de participation? Son père le repoussait et le méprisait, sa belle-mère l'ignorait... Il n'y avait qu'avec sa demi-soeur, encore bébé, qu'Avalon se sentait à sa place. Et aussi lorsque, caché dans un recoin de la bibliothèque paternelle, un livre sur les genoux, il contemplait en rêvant Percy Montgomery, le secrétaire particulier de son père. Un jeune homme grand et blond, aux yeux verts et au sourire charmant, qui se montre toujours d'une extrême gentillesse avec lui, et dont il était secrètement amoureux. Sans illusion, tant à cause de leur différence d'âge -- vingt ans quand même -- que parce qu'il avait un jour surpris ledit jeune homme dans les bras de son amant, dans cette même bibliothèque où il s'était réfugié pour lire et que le couple avait choisi comme abri pour leurs ébats. Ils avaient fait l'amour passionnément, contre le bureau de son père, sous son regard interdit et fasciné, en riant et en s'étreignant à en perdre le souffle, et en se moquant de son père, leur tyran. Ce secret, dnt il fut le témoin involontaire, Avalon le garda toute sa vie, de peur que la gentillesse de Percy à son égard ne disparaisse...
    Il avait douze ans quand le Conseiller, peu désireux de s'encombrer de l'enfant de son premier mariage, obtint du Haut Commandement -- eu égards aux excellents résultats d'Avalon et à ses capacités indéniables -- de l'envoyer sur le vaisseau universitaire malgré les trois ans qui le séparaient encore de l'âge minimal requis. Libre à lui de choisir son sujet d'études, le Conseiller s'en lavait les mains. Avalon se retourva donc expédié loin de son refuge de la bibliothèque et de son idole pour un tout autre univers : celui de l'université Namtack. On lui attribua une chambre dans le couloir des résidents permanents, ceux qui ne rentraient pas chez eux pendant les vacances. c'est alors qu'il fit la connaissance d'Andreas Sanjit Griffith, aka "Andy", son nouveau colocataire, qui allait devenir presque instantanément son meilleur -- sinon son seul -- ami.
    Entre Avalon et Andy, c'est une relation très particulière qui s'instaura. Une relation parfaitement platonique, sans la moindre ambiguité malgré ce que les rumeurs qui circulent à leur sujet pourraient donner à croire. Une relation presque fraternelle. A sa façon, Andy veillait sur Avalon et le protègeait, tant des autres que de lui-même. Avalon ne sut jamais ce qui avait fait qu'Andy s'était attaché à lui malgré son manque de confiance en lui -- un trait de caractère qui semblait horripiler son colocataire au plus haut point. Mais une chose était sûre : Andy était la seule personne sur laquelle Avalon pouvait compter quoi qu'il advienne. Avalon s'efforçait en retour de prendre soin de lui, l'obligeait à se faire soigner quand il était malade -- souvent en usant de chantage -- à adopter des horaires à peu près réguliers, le tirait des ennuis quand il était en bisbille avec les professeurs... Il admirait Andy et son intelligence rare, qui malgré ses origines humbles avait su se hisser jusqu'à l'Université et devait chaque jour se battre pour faire sa place dans cette société élitiste.
    C'est également à cette époque qu'Avalon fit la connaissance de Tara. De son vrai nom Astarte Caiomh O'Neil, la jeune femme, son aînée de quelques siècles, était leur professeur de langues. Sublime brune aux courbes à faire baver un violoncelle, c'était une Hecatonchire, une ressortissante de la planète Hecate, dont les habitants ont une vitesse de vieillissement dix fois inférieure à celle des autres créatures. Avalon appréciait chez elle son intelligence, sa culture différente de la sienne, et surtout sa décontraction. Au milieu de véritables geeks, Tara, forte de ses capacités d'apprentissage et de ses nombreuses années d'expérience, préfèrait mettre à profit le temps qu'elle ne mettait pas à enseigner à s'amuser. Elle apportait une certaine légèreté à la vie étudiante, une bouffée d'oxygène. Sans être particulièrement proche d'elle -- la différence de statut jouant également -- Avalon ne dédaignait pas sa compagnie, souvent source de rires et de longues discussions.
    Ses cinq années à l'Université furent somme toute sans histoire. Tout au plus rythmées par des histoires de coeur foireuses qui n'étaient en fait que des coups d'un soir. Et encore : Andy, soucieux de lui éviter des ennuis qu'Avalon lui-même était incapable de voir venir, avait-il bien souvent encaissé les coups à sa place, se rendant dans son dos aux rendez-vous pour se proposer comme substitut. Plus d'une fois, Avalon le vit revenir dans des états perdus et dut le traîner à l'infirmerie pour le faire soigner, bon gré, mal gré. Il s'en voulut toujours d'être la cause indirecte des blessures de son "grand frère", malgré les remontrances de ce dernier. "L'incident" le plus notable ayant été le jour où Andy était revenu, après avoir été molesté par un nommé Lothar Burmese qui avait manifesté un peu trop d'intérêt pour Avalon. Celui-ci, horrifié par ce que Lothar avait infligé à Andy, s'était alors fait la promesse de ne jamais laisser Burmese lever à nouveau la main sur lui.
    Le soir de la remise de diplômes, Avalon rencontra Lothar pour la première fois. Relativement beau garçon, son regard trahissait la haute opinion qu'il avait de lui -même et toute l'étendue de sa pourriture. Même pour Avalon, pourtant réputé pour sa naïveté, il n'était pas difficile de le voir. Suffisamment pour anihiler tout désir éventuel de jamais coucher avec lui. Pourtant, ce soir là, ils couchèrent ensemble pour la première fois. Non qu'Avalon en eût la moindre envie. Mais Lothar avait su se montrer convaincant. Très convaincant. Après tout, il serait facile d'assujettir Andy, il l'avait bien déjà fait autrefois... Et pourquoi s'en priver ? Quand Avalon avait entendu cette menace à peine voilée, son sang s'était glacé. Et il choisit la seule option qui s'offrait à lui pour protéger Andy à son tour. Il ne savait pas encore qu'il s'engageait pour plusieurs années d'Enfer.
    Entré dans l'Armée le mois suivant, il se retrouva, pour son malheur, affligé de Lothar comme partenaire. Coupé petit à petit de son maigre entourage, battu, terrorisé, menacé, violé transformé petit à petit en pantin par un Lothar qui, non content de décharger ses pulsions sadiques sur lui, s'amusait à saper systématiquement toute forme de confiance en soi, et son peu de self-estime. Avalon se retrouva bientôt prisonnier de cette relation malsaine, qui l'usait tant physiquement que mentalement. Lothar avait su le convaincre qu'il était seul au monde et que ni Andy, ni Tara -- pourtant toujours présente -- ne pourraient rien pour lui. Il le tenait en utilisant Andy comme point de pression, menaçant de s'en prendre à lui quand, par malheur, Avalon faisait mine de se rebiffer. De toutes façons, Andy ne répondait plus à ses messages. Sans doute ne voulait-il plus entendre parler de lui. Avec raison, songeait-il. Ne l'avait-il pas trahi, en quelque sorte ? Avec les années, le désir de lutte d'Avalon s'amenuisait, au même rythme que son espoir de se tirer de ce piège dans lequel il se trouvait enlisé. Il se laissait couler, réagissant de moins en moins aux provocations et aux coups...
    Il avait vingt ans quand il se retrouva, lors d'une mission en France au cours du XVIIIème siècle, seul face à un groupe de fanatiques religieux qui lui tombèrent dessus et le rouent de coups. Il lui fallut quelques minutes pour comprendre que son homosexualité était la cible de leur colère et que leur but était de le traîner au bûcher. Malgré sa résistance, il finit par s'écrouler et fut laissé pour mort dans le caniveau. Quand il reprit conscience, ce fut un visage qu'il n'imaginait pas revoir qui se penchait sur lui : un visage pâle auréolé qu'une épaisse crinière brune... Tara l'avait ramassé et ramené, puis fait soigner au vaisseau-hôpital.
    De ce jour, elle reprit sa place auprès d'Avalon, et s'aventura même à remplacer Andy en s'imposant comme confidente et protectrice, l'accueillant quand Lothar passait les bornes, le réconfortant, le soignant, le rassurant et s'efforçant de le faire prendre conscience des ravages que Lothar avait faits sur lui. Inlassablement, elle s'occupa de lui, à toute heure du jour et de la nuit, et reprit à son compte cette phrase d'Andy : "Puisque tu ne sais pas t'occuper de toi-même, il faut bien que quelqu'un le fasse !"
    Avalon avait vingt-trois ans quand se produisit l'abus de trop. En mission avec Lothar dans le New York des années 80, ils furent pris à parti par un groupe de blousons noirs. Le braceet d'Avalon, défaillant, ne lui permit pas de s'enfuir, tandis que Lothar, avec un sec "démerde-toi !", disparaissait sous ses yeux, l'abandonnant aux mains de ses agresseurs décidés à "casser du pédé". De cette agression, Avalon ne devait garder que des souvenirs flous. Le souvenir des coups qui pleuvaient sans s'arrêter, de cette sensation d'être ballotté de pied en pied comme un vulgaire ballon de football, de la douleur qui naviguait dans tout son corps et qui, fulgurante, lui avait déchiré la main quand le talon d'une santiag s'était abattu sur ses doigts alors qu'il essayait péniblement de se relever, de la morsure d'une lame dans sa chair fendant sa poitrine et son ventre... Et le claquement sec d'une détonation, une voix familière qui l'appelait, la chaleur qui l'abandonnait et celle de bras rassurants... Encore une fois, quand il reprit conscience, ce fut le visage tendu de Tara qu'il vit. Ce fut à son cou qu'il se pendit et dans ses bras qu'il sanglota.
    C'en était trop pour Tara. Cette fois, elle décida de prendre les choses en main. Que Lothar le veuille ou non, elle récupéra Avalon et, avec l'aide de sa petite amie de l'époque, Eva, le mit en sécurité, prit soin de l'ui, l'aida à se reconstruire petit à petit. Il continuait à trembler au moindre contact impromptu, au moindre geste brusque, au moindre bruit inattendu... mais la présence réconfortante des deux femmes l'aidait à reprendre pied dans la réalité.
    Et puis un jour, alors qu'Avalon dormait chez Tara, seul -- celle-ci étant partie une heure ou deux chez Eva pour avoir un peu d'intimité -- un bruit dans la pièce d'à côté le réveilla. Pensant son amie de retour, Avalon se leva et ouvrit la porte, esquissant un sourire... et se trouva nez à nez avec Lothar, qui venait de forcer la porte. Poussant un cri aigu, il se barricada dans la chambre tandis que Lothar tambourinait à la porte avant d'essayer de la défoncer. Il y était presque parvenu, quand Avalon entendit claquer trois détonations, et le bruit sourd d'un corps qui s'écroule. Puis la porte s'ouvrit lentement sur Tara. Une Tara plus pâle que d'ordinaire, légèrement frémissante, le visage et les vêtements éclaboussés de sang, qui vint le prendre dans ses bras pour le bercer et le rassurer. Par-dessus son épaule, il pouvait voir Eva, froidement professionnelle, qui tenait en joue un Lothar qui se tortillait de douleur sur le sol. Quelques mois plus tard, Lothar passait en cour martiale pour effraction, agression d'un supérieur, torture et acte de barbarie sur un subordonné, et harcèlement sexuel, physique et moral. Condamné à mort, il fut exécuté peu après.
    Pendant deux ans, Avalon tenta de se reconstruire auprès de Tara et d'Eva. Il vivait reclus dans ses quartiers, sortant peu, se cantonnant à des recherches par ordinateur afin de ne plus être envoyé sur le terrain. Il tenta une dernière fois de contacter Andy, pour s'apercevoir que celui-ci avait disparu quelques mois plus tôt. La base de données Namtack -- dont il avait l'accès exhaustif grâce aux accréditations de son père, gentiment fournies par Percy -- avait perdu sa trace quelque part sur Terre, au 21 ème siècle. Tout donnait à penser qu'il était décédé. Un coup dur pour Avalon, qui s'en voulait terriblement d'avoir ainsi abandonné son grand frère d'adoption, et ce malgré les affirmations vindicatives de Tara, qui lui répétait que c'était Andy qui avait fini par l'abandonner. -Leurs disputes à ce sujet devenaient très fréquentes, et souvent violentes, jusqu'à ce que Tara, lassée, finisse par rompre les chiens et ne plus aborder le sujet, rétablissant de meilleurs rapports entre eux.
    Mais deux ans plus tard, Tara disparut à son tour, brutalement. Les nouvelles officielles annoncèrent que l'Hecatonchire et son équipage avaient été attaqués par un vaisseau Kasparoff (une nation d'aliens scientifiques portés sur les expérimentations "auschwitziennes"), quelque part aux alentours de la Terre, lors d'une mission à la fin du 19ème siècle. Eva était morte dans l'échauffourée, et Tara avait été capturée. On ignorait ce qu'il était advenu d'elle. Avalon, peu de temps après cette annonce, reçut sur son ordinateur un étrange dossier, classé confidentiel. En le parcourant, il réalisa que la disparition de Tara n'avait rien de fortuite : devenue gênante aux yeux du Haut-Commandement, elle avait en réalité été vendue aux Kasparoffs et son enlèvement orchestré par le Conseil. Eva n'avait été qu'une victime colatérale.
    Révolté, et bien décidé à ne pas perdre Tara après avoir perdu Andy, Avalon, récupérant son bracelet endommagé, s'introduisit dans les hangars du vaisseau-amiral et, utilisant les accréditations de son père, subtilisa un chasseur pour quitter la flotte. Pris en chasse par la Garde, son vaisseai fut touché par un tir de laser avant qu'il n'ait eu le temps d'activer le transporteur spatio-temporel. Le passage d'une époque à l'autre acheva le réacteur défaillant, qui s'enflamma alors que le chasseur entrait dans l'atmosphère terrestre. Avalon n'eut que le temps de s'éjecter avec la capsule de pilotage avant que le vaisseau n'explose en plein vol. Quelques interminables minutes plus tard, la capsule s'écrasa sur les hauteurs d'une ville de Virginie, un matin de décembre 2014...


Trivia (Détails importants mais trop anecdotiques pour figurer dans la biographie) (facultatif. maximum 6)
  • élevé jusqu'à l'âge de huit ans par sa mère, terrienne, Avalon parle couramment Anglais et coréen en plus du Namtack.
  • il est sorti deuxième de sa promotion de l'Université, et ce avec trois ans d'avance.
  • il a réussi à se faire sa place au sein de l'équipe de façon assez inhabituelle : en prenant l'habitude de préparer le petit déjeuner pour tout le monde ! Tâche qui lui incombe encore à ce jour.
  • musicien de talent au cabaret, il ne fredonne même pas à la station.
  • souffrant d'une légère hypermétropie, il porte des lunettes quand il doit travailler sur des modifications délicates, et parfois dans la journée quand il reste longtemps devant un écran.
  • il porte au poignet droit un bracelet fait de deux liens de cuir noir et de billes de métal argenté, offert par Andy pour son treizième anniversaire.


Quelles sont les motivations de votre personnage, à son arrivée dans la ville de Redemption ?
    Poussé par un sentiment de révolte et le désir de ne pas laisser perdre la seule amie qui lui reste, Avalon a déserté la flotte Namtack, se plaçant ainsi hors la loi. Un dysfonctionnement dans son bracelet l'a projeté au 21ème siècle, au lieu du 19ème siècle où Tara avait disparu, mais il a eu la chance de se trouver au bon endroit et de la retrouver.... ainsi que de s'apercevoir que son amie n'avait pas vraiment besoin de son aide. Après avoir hésité et s'être bien rendu compte qu'il n'avait nulle part où aller, il a fini par demander à Jack Harkness la possibilité de rester au sein de l'équipe...


Exemple de RP (minimum 20 lignes, décrivant l'arrivée de votre personnage à Redemption, où une période clef de son existence s'il est né ici) :
    5h00. Avalon n'eut même pas besoin de regarder le réveil posé à même le sol près de son lit. Il se réveillait chaque jour à la même heure, précisément, et ce malgré son retour tardif du cabaret. Il s'étira légèrement et se redressa, avant de ramasser ses affaires jetées en travers d'une chaise. Il disposait de quinze minutes pour se préparer. Traversant le couloir en silence, il passa à la salle de bains dont il verrouilla soigneusement la porte, et, se déshabillant rapidement, se glissa sous la douche. Là, comme tous les matins, il laissa couler l'eau tiède sur son dos et son visage, savourant ce petit moment de quiétude qui n'appartenait qu'à lui. Quand la station était encore endormie, ses habitants bien à l'abri dans leurs chambres, et qu'il était le seul éveillé, tel un fantôme discret errant dans les couloirs.

    En passant devant les portes, il s'amusait parfois à imaginer le sommeil de chacun. Joan, recroquevillée au fin fond de son lit comme un petit animal dans son nid. Raphael, au contraire, abandonné, étendu presque en travers de son lit, qui se laissait porter sans lutter par les vagues de ses rêves. Jack et Tara, entremêlés, entrelacés, épuisés par leurs ébats de la veille, Tara lovée au creux des bras de Jack, et lui, entre deux eaux, qui finirait de s'éveiller quand il pousserait la porte pour déposer le plateau du petit déjeuner sur la coiffeuse, près de la porte. Ichabod, immobile tel un gisant, un bras passé derrière la nuque, à la fois paisible et prêt à bondir à la moindre alerte. Liz, en chien de fusil, un bras sous la tête, toujours sur le même côté, jamais apaisée jusque dans ses rêves. Il aimait la sensation que lui procurait le fait d'être le seul éveillé. Cette sensation d'être un veilleur, presque un guetteur.

    Il coupa l'eau et s'essuya rapidement, avant de s'habiller et de se coiffer. Il jeta un regard dans la glace. Toujours aussi glabre. Qu'est-ce qu'Andy avait pu le charrier à ce sujet ! Il eut un demi-sourire nostalgique à cette pensée et rouvrit la porte, prenant ses affaires pour aller les ranger dans sa chambre, dont il verrouilla la porte. puis, rajustant sa cravate, il remonta le couloir en direction de la cuisine. Son fief, jusqu'à six heures. Il commença par se préparer un rapide petit-déjeuner. Un thé et un yaourt feraient l'affaire. Puis il se lança dans ses préparatifs habituels. Pâte pour pancakes, omelette, bacon, café et thé... Il connaissait les goûts de chacun, leurs envies, leurs préférences. Il avait rapidement apprivoisé la technologie terrienne, et s'efforçait d'optimiser son usage pour que tout soit parfait.

    Ichabod se lèverait vers 6h et viendrait prendre son café à la cuisine, avant d'aller faire ses exercices. Puis à 7h30, il reviendrait manger une omelette et deux tranches de bacon. Avalon irait déposer les quatre pancakes au nutella et le chocolat chaud dans la chambre de Joan à 7h00, en prenant bien soin de choisir la tasse qui conserverait le liquide au chaud le plus longtemps possible. Il amènerait également son café avec cinq cuillers de sucre à Raphael, avec ses deux pancakes et son croissant. Là encore, avec une tasse qui maintiendrait au chaud aussi longtemps que possible. Pour Tara, un thé, et des pancakes également, et pour Jack un café ultra serré, mélange spécial, et quelque chose de consistant... et des cookies faits pas Tara. Pour Liz, un thé et deux pancakes. Elle se lèverait sans doute incessamment, s'il ne se trompait pas, elle devait prendre son service à 6h30. Quant à Jayme...

    Avalon s'interrompit et regarda l'heure. Le jeune homme n'allait pas tarder. C'était bientôt son heure habituelle. Avalon soupira. Ses rapports avec Jayme Eddisum étaient tendus -- bien malgré lui. Pourtant, tout avait si bien commencé... Mais Eddisun était un Eschir, et lui était un Namtack. Et Avalon était trop bien placé pour ne pas voir le problème dans cet état de fait. Il comprenait que Jayme ne puisse apprécier un représentant d'un peuple ennemi. En revanche, il ne s'expliquait pas l'insistance du jeune homme à vouloir à tout prix coucher avec lui. Non qu'en soit l'idée fût si repoussante... Jayme était beau garçon, et pour le moins au goût d'Avalon, et tant qu'il ignorait qu'il était un Namtack, il s'était montré charmant... Mais le Namtack en avait soupé de servir de sextoy. Il l'avait fait trop longtemps. Et accepter de coucher avec Jayme, qui s'obstinait à répéter qu'il ne s'agirait que d'un coup d'un soir et que chacun reviendrait à sa vie par la suite, revenait à ses yeux à accrocher lui-même son portrait au tableau de chasse de l'Eschir. Et il s'y refusait.

    Il secoua la tête et repoussa une mèche tout en lançant la cafetière et la bouilloire. Il y eut du bruit derrière lui. Il ne se retourna pas, attendant que son interlocuteur se manifeste. S'il entendait un "bonjour", même marmonné, c'était que Liz venait de se lever. Sinon, c'était qu'Eddisun venait de rentrer...



Acteur/trice incarnant votre personnage : Joseph Gordon Levitt


Comment avez-vous connu le forum ?......
Code du règlement : Check by the Captain
Questions, commentaires, suggestions :

Je certifie avoir plus de quinze ans, avoir pris connaissance du règlement et jure solennellement de le respecter si je ne veux pas mériter un aller simple pour le bureau du Maire.
Isabelle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Captain Jack Harkness
Admin
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 08/01/2010
Age : 31
Localisation : Same old, same old.
Emploi/loisirs : You really don't wanna know.
Humeur : ..... *smug grin*

MessageSujet: Re: Right here, waiting for you.   Mer 20 Avr - 19:24

Enfin un nouveau visage sympathique ! Et s'il n'y avait que le visage ... Anyway, bienvenue sur le forum, et dans mon équipe par la même occasion Mr Serenghetti. Les gosses vont enfin pouvoir prendre un semblant de déjeuner équilibré. Je valide !

_________________

Try again, fail again. Fail better. [Samuel Becket]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nightmare-city.forumactif.org
 
Right here, waiting for you.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» What's waiting for us after Death
» dentist waiting room
» Waiting on Angel - Ben Arper
» [RESOLU] wildfire , waiting for device
» Problème ''Still waiting for root device''

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Registres :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: