Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette

Aller en bas 
AuteurMessage
Liz Cooper

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 28

MessageSujet: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Ven 10 Juin - 9:37

Fatiguée, Liz coupa le contact de la Mini et s'appuya contre l'appui-tête avant de fermer les yeux. Elle n'avait pas quitté l'hôpital depuis de nombreuses heures.. Elle ignorait la date du jour, combien d'heures elle avait travaillé, combien de patients étaient morts depuis la prise de sa garde... Et elle ne voulait pas le savoir. Elle savait seulement qu'elle n'avait pas mangé suffisamment, qu'elle manquait de repos et qu'elle avait simplement envie de rentrer chez elle à la station.

Seulement non, c'était impossible... Elle avait quelque chose à faire avant. Une chose qui ne lui plaisait pas vraiment d'ailleurs... Un gentil message laissé 2 jours auparavant par son adorable chef lui avait appris la nouvelle. Jayme s'était battu. Il était blessé, malade et avait besoin de temps pour sa convalescence. Et comme la station n'était pas équipée en canapé, en infirmerie, en lit d'infirmerie, en médicaments et autres petites choses qui pouvaient s'avérer utiles dans ces cas là, il était chez Jordan.

Non, sérieusement. Elle l'aimait bien le Docteur Cavanaugh. Elle était marrante, avait un caractère bien à elle, et une sacrée réputation dans la profession. Une très bonne réputation même. Et même elle, qui travaillait à l'hôpital, en entendait parler. Si elle savait remettre les gens à leur place, et ne s'en gênait pas, elle faisait de l'excellent boulot. Elle avait eu l'occasion de discuter avec elle et il ne lui avait fallu que quelques secondes pour se rendre compte que la demoiselle était très maternelle.

Mais il fallait bien reconnaître que les fuites chez Jordan commençaient à lui taper sur le système. Quand ce n'était pas Jack, c'était Ichabod. A cette pensée, elle leva les yeux au plafond et tapa son volant. Evitant de réfléchir à son geste puéril, elle sortit de la voiture et la verrouilla. Elle se regarda comme elle put dans le pseudo reflet des vitres avant de grimacer et de s'éloigner.

Jayme n'était pas bien. Elle n'avait pas vraiment pris le temps de se changer ni de se faire belle. Pourquoi l'aurait elle fait d'ailleurs? Elle avait juste quitté les Urgences quand le rythme s'était calmé … et que le directeur l'avait mise à la porte avec pertes et fracas la menaçant de la virer si elle ne rentrait pas pour dormir pendant 2 jours complets. Elle se contenta de remettre une mèche tombée de sa queue de cheval derrière son oreille et sonna à l'interphone.

Quand Jordan répondit, elle annonça qu'elle était là. La porte s'ouvrit et elle choisit l'escalier pour grimper les cinq étages. Elle avait appelé Jordan pendant sa « pause » pour lui demander si elle pouvait passer dans la soirée, quand elle aurait terminé. Elle n'allait tout de même pas débarquer comme ça à la « coucou c'est moi ». Elle arriva enfin à l'étage et ôta son imperméable, dévoilant sa magnifique tenue verte réglementaire. Tant pis, elle n'avait pas mieux. Elle toqua à la porte et dédia un micro-sourire contrit à la résidente des lieux.


- Désolée d'arriver aussi tard... Je peux repasser demain après-midi si tu préfères...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Sam 11 Juin - 9:54

Les derniers jours avaient été difficiles. L'état de Jayme, s'il n'était objectivement pas grave, n'en demeurait pas moins préoccupant, surtout depuis que la syphillis avait daigné se mêler de mettre le bazar. Le jeune homme était partagé entre violentes poussées de fièvre assorties souvent d'un délire auquel elle ne comprenait pas un mot sur deux, et périodes d'accalmies où il dormait généralement comme une masse, épuisé. Jordan, pour elle, ne dormait plus guère, et seulement quand quelqu'un -- Ichabod, Jack, parfois Joan -- venait prendre la relève auprès de Jayme. Quand Avalon était là -- c'est à dire la majeure partie du temps -- elle se retirait dans la cuisine, seule pièce de l'appartement -- si l'on omettait le petit couloir de l'entrée -- qui soit séparé de la grande pièce par une porte, pour leur laisser un peu d'intimité. Là, elle grapillait une heure ou deux de mauvais sommeil, la tête au creux des bras, appuyée au comptoir.

Jordan avait beau avoir de l'entraînement, elle n'en commençait pas moins à peiner. La reprise du travail -- elle n'avait pas pu se permettre d'être absente plus longtemps, surtout depuis quelques jours où les cadavres avaient une fâcheuse tendance à s'amonceler -- avait ajouté à sa fatigue, et depuis peu, elle vivait littéralement sur les nerfs, tournant à la caféine à haute dose, qu'elle couplait à des vitamines, et autres compléments alimentaires pour tenir le coup.

Toutefois, elle n'aurait échangé sa place pour rien au monde et refusait de se plaindre. Elle avait accepté de soigner Jayme et de prendre soin de lui jusqu'à ce qu'il soit guéri, et elle n'était pas du genre à déléguer les tâches. Elle tiendrait son engagement. Et puis le gamin était attachant. Un peu tête brûlée, et visiblement pas très heureux de sa vie, mais tellement gentil... Quand elle le voyait avec Avalon, quand elle les regardait tous les deux, elle ne pouvait être qu'attendrie. Ils allaient bien ensemble. Ils avaient autant besoin l'un que l'autre d'affection et de tendresse. Un peu de stabilité ne pourrait que leur faire du bien. Bientôt, Jayme irait mieux -- la pénicilline commençait d'ailleurs à donner des résultats plus que probants, à sa grande satisfaction -- et ils pourraient rentrer.

Jack avait promis qu'il ne renverrait pas l'Eschir. Il l'avait promis devant Jayme, après qu'ils eurent eu une discussion sérieuse d'homme à homme. Jordan était sortie sur le palier pendant ce temps, pour les laisser tranquilles, et quand Jack était venu la chercher, il avait réitéré sa promesse. Elle avait eu un sourire pour seule réponse et il n'en avait plus été question.

Un peu plus tôt dans la journée, Jordan avait reçu un appel sur son portable, à la morgue, de la part de Liz Cooper, lui demandant si elle pouvait passer. Jordan avait accepté sans autre forme de procès. Bien qu'elle ne connaisse pas Liz outre mesure, ce qu'elle avait vu d'elle avait tendance à lui plaire. C'était une jeune femme énergique, qui ne mâchait pas ses mots, et qui avait l'immense avantage de ne pas hésiter à remettre Jack à sa place quand le besoin s'en faisait sentir. Elle savait qu'Ichabod l'appréciait énormément -- au point d'en être dithyrambique chaque fois qu'elle était évoquée dans la conversation et de lui donner à penser qu'il ne devait pas être totalement indifférent à ses charmes... Non, en fait, Jordan en était certaine, Ichabod avait -- depuis longtemps -- craqué pour la blondinette. Ce qui avait tendance à la faire sourire. Au-delà du côté touchant de la chose -- Ichabod avait tendance à se troubler facilement quand elle avançait ce genre d'hypothèse, ce qui lui confirmait qu'elle le connaissait par coeur -- le fait qu'il s'intéresse à nouveau à la gent féminine -- ou masculine, d'ailleurs ! -- était une bonne chose. Cela signifiait qu'il se sentait suffisamment stable dans sa nouvelle vie pour se permettre de tourner plus ou moins la page.

Une seule chose l'agaçait un peu chez Liz : sa tendance à prendre la mouche comme une gamine à la moindre remarque. La jeune femme était sans cesse sur la défensive et avait la fâcheuse habitude de sortir les crocs sitôt qu'on faisait allusion, même de façon parfaitement innocente, à un certain nombre de sujets. Pendant plusieurs mois, il n'avait pas été possible d'évoquer Tara O'Neil devant elle sans qu'immédiatement un mur d'hostilité n'apparaisse et qu'elle ne se drape dans sa dignité alimentée par ses sarcasmes et ses remarques venimeuses. Les choses s'étaient calmées depuis -- et probablement le fait que le Major O'Neil soit également dotée d'une forte personnalité et ait dû confronter Liz à ce sujet devait y être pour quelque chose -- mais il y avait sans cesse un nouveau sujet qui provoquait ce genre de réaction de post-adolescente mal assumée. Jordan toutefois ne s'en était jamais mêlée, et ce pour plusieurs raisons : premièrement parce qu'elle-même avait mis plusieurs années à sortir de sa propre crise d'adolescence et qu'il avait fallu pour cela qu'elle manque de perdre Woody, qu'elle perde son père et Garreth pour enfin grandir ; deuxièmement, parce que, malgré ses tendances à materner un peu tout le monde, elle n'était rien pour Liz, sinon une auxiliaire utile et l'amie d'enfance de son collègue ; troisièmement, enfin, parce qu'elle ne voulait pas se mettre à dos la jeune femme et ainsi compliquer les choses pour Jack et Ichabod.

Jordan promena un regard las sur la pièce. Dans le canapé, roulé en boule depuis le départ d'Avalon une heure plus tôt, Jayme dormait comme une marmotte. Il avait à peine balbutié quelques mots quand Avalon l'avait embrassé en partant, avant de sombrer d'une traite. Calée dans son fauteuil, Jordan somnolait vaguement en attendant Liz. Il était près de 22h, le CHU n'était pas si loin, elle n'allait sans doute pas tarder. Machinalement, Jordan fredonnait la mélodie d'une berceuse qu'elle avait entendu Ichabod chanter, un soir en rentrant. La chanson, une vieille balade russe qui se chantait normalement à deux voix et qu'Ichabod chantait en s'accompagnant de sa guitare, semblait avoir un effet apaisant sur Jayme, notamment quand il faisait des cauchemars. Quand l'interphone sonna, elle prit le temps de finir son couplet tout en se dirigeant vers le combiné. Elle décrocha, et ouvrit à Liz, lui indiquant machinalement l'étage et le numéro de porte. Puis elle revint prendre place dans le fauteuil.

Quand la jeune femme frappa à sa porte, Jordan vint ouvrir. Elle eut un sourire en la découvrant. Queue de cheval blonde et tenue réglementaire verte, elle était partie visiblement sans prendre le temps de se changer. Au moins ne devait-elle pas se sentir dépaysée face à la queue de cheval brune et à la tenue bleu clair de Jordan, qui n'avait pas non plus pris la peine de se changer en rentrant. Elle prendrait une douche rapide un peu plus tard et enfilerait son éternel t-shirt Metallica et son short avant de reprendre sa faction pour la nuit. Elle secoua simplement la tête.


Il n'y a pas de problème. Entre.

Elle s'effaça pour la laisser passer et referma doucement la porte, ajoutant à mi-voix en désignant la porte qui menait à la grande pièce :

Si ça ne t'ennuie pas, on va s'installer dans la cuisine, il dort pour le moment...

Elle poussa la porte de ladite cuisine, laissa passer Liz et referma là encore derrière elle, laissant entrouverte celle qui donnait sur la grande pièce, au cas où. Puis, elle se tourna vers le plan de travail.

Tu veux quelque chose ? Thé ? Café ? Chocolat, aussi, je dois encore en avoir... ?

_________________
"Fairy tales do not tell children that dragons exist. Children already know that dragons exist. Fairy tales tell children that dragons can be killed."
G.K. Chesterton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Cooper

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Dim 12 Juin - 17:13

L'infirmière regarda attentivement Jordan. Dire qu'elle était fatiguée aurait été bien en dessous de la vérité. La légiste était réellement épuisée. Son visage était tiré et reflétait une fatigue extrême, si bien que Liz se demanda quelques secondes si Jordan n'allait pas s'endormir debout tout en lui parlant. Elle se dépêcha de rentrer dans l'appartement, préférant la voir assise que debout.

Elle fit deux-trois pas pour entrer dans la cuisine mais s'arrêta devant la porte du salon quelques secondes, hésitant à la pousser pour le voir. Ce que lui avait expliqué Jack n'était pas vraiment rassurant, et elle s'en voulait énormément de n'avoir rien pu faire. De n'avoir même pas été là quand ils avaient eu besoin d'elle. Elle avait l'impression d'avoir laissé tomber Jayme...


- Alors... Comment va t'il?

Elle soupira et alla prendre place dans la cuisine. Secouant la tête, elle refusa l'offre de Jordan. Elle avait avalé un thé à l'hôpital et bien qu'infect, il avait eu l'effet recherché. Lui permettre de se poser quelques minutes pour souffler et pour effectuer quelques recherches sur la syphilis. Elle avait glané dans les dictionnaires médicaux le plus d'informations possibles, pour rester au point, avant de retourner dans l'agitation des urgences.

- Jordan, je voudrais rester ici avec Jayme. Tu devrais aller à la station te reposer et demander ma chambre à Jack ou Ichabod. Elle jeta un coup d'oeil à sa montre. A cette heure ci, il sont réveillés... Et si l'un travaille sérieusement, l'autre doit finir la boîte de cookies de Tara.

Elle s'étira, faisant craquer les os de ses doigts et bailla, avant de s'en excuser. Elle détacha ses cheveux, fit glisser l'élastique autour de son poignet et passa une main dans l'épaisseur blonde dans le vague espoir de leur donner un minimum de forme. Avec une grimace, elle abandonna l'idée et se contenta de les ramener sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Mar 21 Juin - 14:10

Jordan haussa les épaules et commença à préparer une tournée de café.

Il est fatigué. Mais la fièvre commence à tomber, il commence à avoir des périodes de lucidité plus ou moins longues. Et l'éruption cutanée a disparu. Elle marqua un temps. Il délire encore pas mal, par contre, et sa hanche lui fait encore mal. Mais plus rien d'inquiétant, heureusement. Avec la pénicilline et beaucoup de repos... Enfin je ne te fais pas un topo.

Tandis que le café passait, elle alla se percher sur le plan de travail, les jambes battant le vide. Machinalement, elle parlait à mi-voix, comme pour ne pas réveiller Jayme pourtant de l'autre côté de la porte.

La présence d'Avalon lui fait beaucoup de bien. Il est plus calme quand il est là. Plus paisible. Par contre, si tu pouvais surveiller Avalon, si tu as le temps... il m'inquiète un peu. Il est fatigué, c'est évident, mais j'ai l'impression qu'il y a autre chose..

Elle se passa machinalement la main sur le visage avant de descendre du plan de travail et de prendre son café. Elle marqua un long temps à la proposition de Liz, avant de secouer la tête.

Reste tant que tu veux, ça ne me pose aucun de problème. Et ça lui fera sans doute plaisir de te voir, étant donné qu'il a l'air de beaucoup t'apprécier. Mais, all due respect, je ne partirai pas. Elle esquissa un sourire calme. Non que je n'aie pas confiance en toi pour gérer les soins. Tu serais même sans doute plus qualifiée que moi, vu que je m'occupe des morts depuis un certain nombre d'années, et plus tellement des vivants... Mais je n'aime pas laisser mon appartement à quelqu'un d'autre si ce n'est pas absolument nécessaire.

Elle vint s'asseoir au comptoir. C'était un fait. A moins d'y être expressément contrainte -- notamment pour le travail -- Jordan n'avait jamais laissé d'étranger seul dans son appartement. Ni amant, ni ami. Pas même Ichabod, en qui elle avait pourtant une confiance parfaite, ou Jack qui avait pourtant passé plus que sa part de nuits chez elle. Elle les avait toujours virés de chez elle avant de partir. Et si là elle était obligée de garder Jayme, qui n'était pas transportable, et d'avoir quelqu'un auprès de lui pendant les heures qu'elle passait à la morgue, elle estimait qu'une fois ces obligations terminées, elle avait le droit de rentrer chez elle sans avoir à repartir. Son appartement était son sanctuaire. Et c'était elle qui en décidait les règles.

_________________
"Fairy tales do not tell children that dragons exist. Children already know that dragons exist. Fairy tales tell children that dragons can be killed."
G.K. Chesterton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Cooper

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Lun 4 Juil - 19:22

Liz écouta attentivement le diagnostic de Jordan. Moins alarmant que ce qu'elle avait imaginé, l'état de Jayme semblait s'améliorer. Il était entre de bonnes mains et le Dr Cavanaugh semblait indubitablement savoir ce qu'elle faisait. Liz passait ses journées à obéir aux ordres des docteurs et à administrer les dosages qu'ils prescrivaient. Elle n'avait pas eu d'autres choix que d'apprendre à les respecter, et s'ils faisaient des erreurs, corriger les feuilles de prescriptions pour éviter le scandale... Et il fallait bien reconnaître que Jordan n'en faisait pas une seule...

- Je ne suis pas médecin mais infirmière... Enfin, je te fais confiance

Elle regarda le café passer dans la cafetière. Arriver dans le silence de l'appartement de Jordan était extrêmement apaisant après les heures passées dans le stress, le bruit incessant et les cris. Elle ferma les yeux quelques secondes et soupira, sentant les muscles de son dos se détendre petit à petit.

Elle hocha la tête. Elle aussi avait remarqué que quelque chose clochait avec Avalon. Toujours aussi efficace, le jeune homme avait pourtant constamment l'air d'être à côté de la plaque. Le fait de ne pas être passer ses journées avec Jayme devait y être pour beaucoup, mais elle pensait que quelque chose d'autre était en cause... Et avant qu'il vienne lui en parler... Il y avait tout un monde..


- Je vais faire ce que je peux... Je vais voir avec Tara, peut être qu'elle sait ou qu'elle a remarqué quelque chose. Elle est la personne la plus proche d'Avalon... Je te tiendrai au courant.

Elle marqua un temps à la suite. Génial, elle l'avait 'énervée'. Alors que ce n'était pas du tout ce qu'elle voulait au départ. Pour une fois qu'elle se montrait gentille, ça lui apprendrait. Calmement, elle se redressa sur sa chaise et soupira.

- Jordan, je ne te foutais pas à la porte de chez toi. Je ne me permettrai jamais de faire ça... Je m'inquiète juste parce que tu n'as pas l'air d'avoir dormi depuis des jours, c'est tout. J'ai dû mal m'exprimer, mais je te proposais simplement ma chambre pour que tu puisses prendre un peu de repos. Elle marqua un temps. J'imagine que je ne suis pas la première à te le dire, mais je m'assure juste pour que le médecin de Jayme ne va pas s'écrouler de fatigue.

Elle secoua la tête et se leva. Elle soupira une nouvelle fois et mit ses mains dans les poches. Elle regarda la porte menant au salon, avant de se retourner vers elle.

- Tu crois que je peux le voir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Mar 5 Juil - 0:44

Jordan hocha posément la tête et se cala sur son siège. Demander à Tara serait une bonne chose, l'Hécatonchire connaissait assez le jeune homme pour savoir si quelque chose clochait. En tous cas, elle, n'était pas tranquille à son sujet. Elle commençait à se demander s'il ne couvait pas quelque chose. Elle marqua un temps.

Dis-moi, depuis combien de temps couchent-ils ensemble ? Tu le sais ?

Evidemment, Liz se braquait à sa réponse. Jordan n'en attendait pas moins, même si, si pour une fois Liz avait eu la gentillesse de lever le pied, elle aurait autant aimé. Rassemblant les vestiges de sa patience -- mise à mal dans la journée par les gaffes de son dernier assistant en date, dont elle avait eu envie de faire des merguez au passage -- elle posa son regard sur Liz et répondit :

Je me contente de répondre à ton invitation. C'est gentil, mais je n'aime pas quitter mon appartement surtout quand j'y laisse quelqu'un d'autre. Elle marqua un temps. Mon chez-moi, c'est mon antre. Je n'aime pas laisser les autres y pénétrer sans que je sois présente. Ce n'est pas une question de confiance, mais... je ne sais pas. c'est comme ça.

Elle prit le temps de boire une nouvelle gorgée de son café, savourant le calme de 'appartement après la frénésie de la morgue. On a tort de croire que l'institut médico-légal est un lieu paisible, où on est bien moins stressé qu'aux urgences. Certes, il n'y a pas de vie à sauver... du moins pas directement... mais les arrivées en catastrophe, la surcharge de corps, de travail, les enquêteurs quis e bousculaient... ce n'était guère mieux.

Ca va aller pour moi. Je dors quand Avalon est là, et un peu quand Jack ou Ichabod viennent le veiller. Et puis ce n'est plus qu'un question de jours. Quand la fièvre sera retombée, je te le rends pour la fin de la convalescence.

Jordan la suivit du regard en sirotant son café. Elle acquiesça posément.

Vas-y. Mais je ne sais pas s'il sera très bavard. Il s'est écroulé comme une masse.

_________________
"Fairy tales do not tell children that dragons exist. Children already know that dragons exist. Fairy tales tell children that dragons can be killed."
G.K. Chesterton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Cooper

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Jeu 21 Juil - 15:22

Liz haussa les épaules. Être au point sur la vie sexuelle de Jayme n'était pas vraiment le but de sa vie. Ni connaître celle d'Avalon d'ailleurs. Mais aussi surprenant que ça pouvait paraître, elle savait très bien quand tout cela avait commencé. C'est elle qui avait dit à Avalon que les jours de Jayme était comptés, juste pour que leur relation s'apaise... Ben on pouvait dire que ça avait plutot bien fonctionné... même si Jayme était venu le lui reprocher le lendemain matin.

- Un mois environ... Pourquoi?

La suite lui fit lever les yeux au ciel, et elle jugea plus prudent pour son intégrité physique de se taire. De filtrer un minimum ce qui menaçait de s'échapper de sa grande bouche de donneuse de leçons à deux balles. Jordan n'était pas vraiment quelqu'un avec qui il fallait se lancer dans des débats stériles... Elles étaient surement aussi bornées l'une que l'autre et il était évident que Liz avec son amour de la fuite, finirait par abandonner la partie et quitterait l'appartement. Sauf qu'elle était ici pour voir Jayme et prendre de ses nouvelles Elle pinça les lèvres et le plus calmement possible lui répondit:

- Je veux simplement le voir...

Elle la regarda une seconde et sortit de la cuisine et s'approcha silencieusement de lui. Arrivée devant le canapé – devant l'immense canapé d'ailleurs !!!! - elle s'accroupit à côté de lui et soupira.... Pauvre Jayme... La syphilis, il ne lui manquait plus que ça. Elle posa une main sur son front et constata qu'il avait de la fièvre, ce que lui avait dit Jordan un peu plus tôt. Elle dégagea quelques mèches collées sur son front et recoiffa tout doucement ses boucles blondes. Le geste dut le tirer du sommeil puisqu'il ouvrit les yeux et la regarda. Elle lui sourit et s'assit sur le sol devant lui.

- Je t'ai réveillé, désolée... Et excuse ma tenue, je suis venue dès la fin de mon service à rallonge. Rendors toi, tu es entre de bonnes mains. Jordan veille sur toi, elle sait ce qu'elle fait.

Doucement, elle remonta la couverture sur lui et resta à ses côtés à caresser ses cheveux jusqu'à ce qu'il s'apaise et se rendorme. Elle se leva et se pencha sur son oreille.

- Repose toi, et remet toi vite. On a besoin de toi là-bas. Et puis je vais vite m'ennuyer si je ne croise personne à la cuisine le matin...

Elle embrassa son front et quitta la pièce pour retrouver Jordan dans la cuisine. Elle reprit sa place sur la chaise qu'elle occupait plus tôt et soupira. Elle garda le silence pendant quelques secondes en fixant ses mains et lâcha

- Avalon a la syphillis lui aussi, n'est ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dr Jordan Cavanaugh
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 08/01/2010

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Ven 22 Juil - 9:44

Jordan ne répondit pas à sa question, réfléchissant. Un mois. La syphilis de Jayme avait eu le temps d'incuber pendant trois semaines. Trois semaines pendant lesquelles il avait eu parfaitement le temps de la transmettre, non seulement à Avalon, mais aussi à bon nombre de personnes. Même en admettant qu'il se soit protégé avec le Namtack -- ce qui semblait probable : s'il ne devait y avoir qu'une seule personne avec qui il se montrait prudent, c'était bien Avalon ! -- on n'était pas à l'abri d'un accident. Et une contamination semblait cohérente avec ce qu'elle voyait. Fatigue de plus en plus présente, les yeux trop brillants trahissant des montées de fièvre de plus en plus fréquentes... Il faudrait l'ausculter pour déterminer si oui ou non le jeune homme présentait une éruption cutanée. Malheureusement, il n'y aurait pas vraiment moyen d'en être certains avant le déclenchement de la maladie -- et Jordan se doutait vaguement que Jack n'apprécierait pas du tout la nouvelle.

Elle eut un soupir et releva les yeux, constatant que Liz était sortie. Elle jeta un coup d'oeil par la porte et la vit, agenouillée près de Jayme. Le spectacle lui tira un petit sourire, et elle repoussa la porte avant de se rasseoir au comptoir de la cuisine. Elle prit une gorgée de sa tasse et la reposa pour enfouir son visage au creux de ses bras et essayer de grappiller quelques minutes de micro-sommeil.

Le bruit de la porte se rouvrant la fit sursauter et elle se redressa, clignant des yeux pour en chasser les bribes de sommeil qui avaient eu le temps de s'y installer. Reprenant sa tasse, elle la vida, comptant sur le café -- si noir qu'il ressemblait plus à de l'encre de Chine qu'à du café -- pour la réveiller. Puis elle se releva et s'en reservit une.


Tu es sûre que tu ne veux rien ?

Elle ne se retourna pas à sa question, mais soupira.

C'est possible. Je crains même que ce ne soit probable. Il suffirait d'une fois... L'ennui est que je n'ai pas la moindre idée de quand il aurait pu être infecté. La maladie peut se déclarer incessamment comme dans quinze jours, trois semaines... Il faudrait l'ausculter à l'occasion pour voir si tu vois l'éruption cutannée. Elle marqua un temps et revint s'asseoir. Cela dit, je peux complètement me tromper, et il est peut-être juste fatigué et inquiet...

_________________
"Fairy tales do not tell children that dragons exist. Children already know that dragons exist. Fairy tales tell children that dragons can be killed."
G.K. Chesterton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liz Cooper

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 28/01/2011
Age : 28

MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   Mar 30 Aoû - 16:09

Elle eut un soupir et, posant ses coudes sur la table, appuya son front sur ses mains avant de fermer les yeux. Voir Jayme dans cet état ne lui plaisait pas. Mais alors absolument pas. Elle était habituée à le voir rire, enjoué, accroché/collé à Avalon. A le croiser dans la cuisine quand elle cauchemardait ou quand il rentrait tard. A le disputer – du moins essayer – quand il faisait une bêtise... et puis céder, parce qu'elle était incapable de lui refuser quoi que ce soit... Mais le voir là, comme ça... C'était juste insupportable.

- Je veux bien un thé finalement... S'il te plait

Elle ouvrit les yeux pour la regarder s'affairer. Jordan tenait à eux... Pas seulement à Ichabod ou à Jack. Mais aussi à Jayme et Avalon... Et très certainement Joan qu'elle avait pris en charge quand elle même arrivait à la station. Elle tenait à eux. Réellement. Comme une mère pouvait tenir à ses enfants, s'occuper d'eux et les soigner.

Et c'était logique... Elle vivait à l'extérieur de la station, donc avait un regard objectif sur les choses. De plus, elle avait suffisamment de caractère pour se faire obéir et respecter par ceux qu'elle fréquentait. Elle ne voyait que le petit oiseau blessé qui poussait sa porte, et faisait tout son possible pour qu'il ressorte de son appartement mieux. Doucement, elle prit la parole.


- Je ne pense pas que tu ne te trompes, non... Enfin, je vais m'en occuper... Je vais l'ausculter... Et je te tiens au courant de toutes façons...

Elle se prit la tête entre les deux mains et ferma à nouveau les yeux. Avant de penser à un tout petit mini détail qui lui tira un soupir.

- Il faut taire l'information... Jack ne doit pas l'apprendre avant que la maladie ne se soit déclarée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette   

Revenir en haut Aller en bas
 
Leave all your love and your longing behind, you can't carry it if you want to survive - PV Jordinette
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MANGA] Love, Be Loved, Leave, Be Left (Omoi Omoware Furi Furare)
» Love me tender
» [O'Faolain, Nuala] Best Love Rosie
» [Film] Love Actually
» [Malte, Marcus] Garden of love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Dr Jordan Cavanaugh, 911 Deathrow Lane-
Sauter vers: