Personne n'a dit que vous vous en sortiriez vivants ...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 If you don’t have a gun, and the enemy does, they can shoot you dead. But the moral high ground is yours

Aller en bas 
AuteurMessage
The Doctor

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 05/09/2010
Localisation : Sur Terre
Humeur : 'Oh, I'm always all right.'

MessageSujet: If you don’t have a gun, and the enemy does, they can shoot you dead. But the moral high ground is yours    Lun 10 Jan - 18:44

Nom ://
Prénom ://
Alias :Dr J. Smith, Doctor Caligari, Dr. Foreman, John Smith, Earth Inspector, Doctor Mason, Doctor Con Wer, Ramon Salamander, Dr. John Smith, Doctor Watson, The Supremo, the Sandman, The professor, Merlin, The Dentist, Doctor John Bowman, Perdix, Dave Bowman, Doctor Johan Schmitt, Old Doctor, James Alistair Bowman, The oncoming storm, the last of the time lords, Mr Spock, Doctor James McCrimmon, Sir Doctor of TARDIS, Doctor Vile, Spartacus, Doctor Noble, the Time Lord Victorious, the lonely angel, Destroyer of worlds, the dark lord, the treefold man, the sainted physician, lord Doctor, Spaceman…Mais Le Docteur va très bien aussi.
Age :L’âge des seigneurs du Temps se comptant en siècle, il en a tout juste 9.
Profession/activité :Entre deux repas il lui arrive de sauver l’univers.
Mensurations : (Malheureusement, ça, j'ai pas eu droit ...)

Format de votre histoire de référence (livre, film, série …) : Une série britannique.
Titre :Doctor Who
Auteur/producteur :Sydney Newman et Donald Wilson
Année de production / d'écriture :1963-//
Intrigue : :
    Le Docteur est un extraterrestre, un seigneur du Temps (Time Lord) originaire de la planète Gallifrey. D’abord exilé par son peuple, il voyage à bord d’un TARDIS (Time And Relative Dimensions In Space) qu’il a volé ; une machine hybride pouvant voyager dans l’espace et le temps qui à l’apparence d’un cabine de police anglaise des années 60 (le système de camouflage est resté bloquée). La race humaine est la favorite du Docteur, et il se voit souvent accompagnée d’une jeune terrienne qui voyage avec lui et l’aide à sauver des planètes.
    Dans la seconde série le Docteur est le dernier survivant de sa race #kof kof# qui a été anéantie par la grande guerre du temps contre les Daleks, pires ennemis du Docteur.
    Spoiler:
     



Apparence physique :
    Au cours des siècles le Docteur a été brun, châtain, blond, à bouclettes, ou aux cheveux plus raide que la justice. Grand, petit, mince…Bref, suivant ses régénérations il a énormément changé (mais n’a jamais été roux à son plus grand désespoir). La première chose à noter à propos de l’extraterrestre est qu’il ressemble physiquement à un être humain (Ah ! Non, c’est le contraire ce sont les humains qui ressemblent aux Seigneur du Temps. Ceux-ci étaient là avant) et qu’il ne fait pas ses 900 ans. Actuellement il a l’apparence d’un grand dadais filiforme. Du haut de son mètre quatre vingt cinq il a plus l’habitude de toiser les gens de toute sa hauteur que le contraire. Abandonnant grande écharpe, chapeaux ou veste de marin pour son style vestimentaire le Docteur à opté pour des costumes. Un bleu à fines rayures marron et un autre marron à fines rayures bleues. Pour les grandes occasions il porte un costume noir avec à la place de la cravate habituelle un nœud papillon (qu’il ne garde pas longtemps généralement). Il lui est arrivé une fois de sauver le monde en pyjama et robe de chambre mais soyez rassuré, vous ne le verrez plus se balader dans la rue vêtu de la sorte (normalement).
    L’alien ne sort jamais sans converses. Il en a des rouges, des beiges, des blanches à rayures bleues et rouges qui sont-plutôt-marron-maintenant etc… Il a toujours (ou presque) sur le dos un grand manteau marron. Comme pour ses costumes ses poches sont plus grandes à l’intérieur qu’à l’extérieur (très pratique lorsqu’on a l’habitude de se balader avec un pistolet à eau, une souris mécanique, une paire de lunettes 3D en carton et tout un tas d’équipement dans le genre). Le Docteur doit certainement se vider un pot de gel tous les matins sur sa tignasse de cheveux bruns dressés sur sa tête (qui après le passage régulier de ses mains dedans finit dans le style ‘je ne me suis pas coiffé ce matin’ ou même ‘Mes cheveux n’ont encore jamais croisés de peigne de leur vie’).
    De temps en temps le Docteur met sur son nez une paire de lunettes. Autant vous le dire, elles ne lui servent à rien. En réalité une de ses régénérations précédente (criquet et branche de céleri épinglé sur la veste, vous l’avez peut être déjà croisé ?) en avait une paire lui aussi qui lui était totalement inutile. Juste l’impression d’avoir l’air plus intelligent. Eh bien l’alien a reprit cette habitude. De cette régénération (sa préférée) il a aussi récupéré ‘le truc de la voix’ qui part dans tous les sens et différentes tonalités. S’il y a une chose que le Docteur est vraiment heureux d’avoir hérité de ces précédents ‘lui’ c’est bien de savoir faire du karaté (apprit sur Vénus) car ça se trouve être très pratique quand vous refusez de toucher a des armes et que vous vous faites agresser par un gladiateur énervé.

Gouts et dégouts : :
    Le Docteur aime un tas de choses… A commencer par son magnifique vaisseau spatial ; le TARDIS (Time And Relative Dimension In Space) : Un vaisseau fabuleux, plus grand dedans que dehors (si on pouvait développer des valises comme ça…), certes, manquant un peu de confort. Il possède l’aspect d’une cabine de police des années soixante (bleue ; avec peu de place vue de l’extérieur…très intime…). Pourquoi un aspect aussi inattendu ? En fait ce petit bijou de la technologie pouvait (il y a longtemps) se camoufler grâce à un système assez perfectionné… Et ledit système se bloqua lorsque le Docteur visitait Londres dans les années soixante. Le TARDIS a la particularité merveilleuse de pouvoir traverser le temps et l’espace, comme on traverse une rue. Hop, en un bond on peu se trouver en l’an cinq milliard dans la constellation de l’étoile unijambiste ; et on retourne sur Terre voir la bataille de Waterloo. Le dernier concert d’Elvis Presley ? C’est parti… Petit problème... Le Docteur est le dernier Seigneur du Temps, et on ne fait plus de machine comme celle-là ; ni ne vend de pièces détachées… Alors forcément ; le TARDIS se fait un peu vieux malgré son cœur plein d’énergie, et se trompe un peu. Alors bon, Londres au lieu de New-New-New-New-New-New-New-New-New- New-New New-New-New-New York ça passe encore ; ce n’est pas trop, trop grave. Bon, douze mois au lieu de douze heures ; y’a le droit à quelques claques par les mamans des compagnes mortes d’inquiétudes ; mais ce n’est pas non plus d’une grande gravité. Par contre ; quand il atterrit au milieu d’un vaisseau désert –d’apparence- avec des organes humains remplaçant des pièces par ci par là ; ou encore une ville remplie de Cybermen souhaitant « cybermeniser » tout les humains…Tout de suite c’est moins drôle… Mais c’est quand même le grand amour du Docteur, son petit vaisseau adoré (qui se conduit à plus que un normalement…mais passons ce détail).
    Parmi les choses que le Docteur apprécie ; il y a bien évidemment son tournevis sonique (qu’il peut heureusement remplacer quand il le casse) ; son papier psychique et tout un tas de petites choses dans ce genre qui lui permettent de rester en vie depuis 905 ans.
    Il est aussi fasciné par les humains ; et leur évolution. Bien sur, il n’hésite pas à leur faire remarquer leur bêtise ; mais est très attachés à eux ; et c’est pourquoi la plupart de ses vingt compagnes étaient humaines.
    On pourrait penser que le Docteur a des goûts de luxes (après tout, il peut maintenant affirmer que le surnom de la reine Élisabeth Ire ne tient plus, il était prêt à abandonner Rose pour Mme de Pompadour…) mais pas du tout. Il reste quelqu’un d’assez simple, qui adore les bananes. Mais s’il y a bien une chose que le Docteur ne peut pas voir ; même en peinture ; ce sont les Daleks. Des espèces d’extraterrestre ressemblant à des poivrières armée de ce qui ressemble vaguement à un fouet à cuisine et à une ventouse pour déboucher les toilettes…Ou alors à des poivriers… A l’intérieur ce sont des espèces de poulpes gluants et à l’apparence immondes. Ces charmantes créatures ne ressentent aucune émotion, et entrèrent dans une guerre contre les Seigneurs du Temps ; la raison pour laquelle Le Docteur ne peut pas vraiment les apprécier (de plus, ils provoquèrent la séparation de Rose et du dernier des Seigneur du Temps). Mais les Daleks sont comme des cafards (de l’espace) ; il semblerait qu’il soit impossible de s’en débarrasser. Une fois qu’on pense que c’est fait ; ils reviennent en masse et toujours plus nombreux ; contrairement aux Seigneurs du Temps. Bon, le bon point est que les Daleks ont aussi peur du Docteur que le Docteur a peur des Daleks.
    Le Docteur n’aime pas non plus la violence et les armes ; il ne comprend pas les motivations des populations à vouloir s’entre tuer. Forcément, après avoir perdu tous les siens dans une guerre.

Qualités/défauts :
    Cette incarnation est charismatique et enthousiaste, un peu trop, et souvent dans des moments inopportuns ou en cas de danger ce qui provoque l’agacement de ceux qui l’entourent. Alors que ses précédentes incarnations bafouaient volontairement les règles imposées en société lui se retrouve gêné et s’excuse lorsqu’il devient impoli ou grossier. Enfin, de temps en temps, lorsqu’il le remarque et qu’il ne l’a pas fait exprès. Cependant il a souvent eu des ennuis dû au fait qu’il lui arrive parfois d’expliquer qu’il est supérieur aux autres ; il réagit de la sorte lorsqu’il ne contrôle pas la situation et panique.
    Le Docteur donne souvent son nom comme menace bien que contrairement à ses attentes cela ai peu d’effet vue qu’il n’a pas une renommée très importante au sein des seigneurs du Temps. Il a réussi malgré tout à se forger une petite renommée (on dit de lui qu’il est une légende, comme quoi !).
    Le seigneur du Temps à sa propre définition de ce qui est juste et agit sans hésitation pour punir ceux qui s’opposent à lui. Lorsque Harriet Jones tua des aliens qu’il avait mit en fuite il n’hésita pas à lui faire perdre sa place de premier Ministre avec seulement 6 mots. Il n’est pas conseillé de mettre le Docteur en colère, il montre sous ce jour sa véritable nature comme le dirait un certain Davros ; arrogant et impitoyable. Il cherche cependant à cacher cet aspect de lui excepté lorsque l’on s’attaque à ses proches et aux personnes qu’il apprécie.
    Sous son verni de jeunesse le Docteur est un vieil homme qui a vue beaucoup de choses terribles. Il éprouve une profonde solitude et son sens aigu de la perte l’a amené à sympathiser et à comprendre (et à vouloir aider) ceux ayant également souffert. Mais sa patience, sa sympathie et sa qualité à pardonner à faiblit après la Guerre du Temps lorsqu’il est devenu le dernier des Seigneur du Temps (ou pas). Pour éviter d’avoir à sévir par la violence le Docteur se cache souvent sous son titre de seigneur du Temps, cherchant ainsi à intimider ses ennemis.
    La perte de Rose lui a causé un manque d’ouverture et une certaine empathie envers Martha, peu enclin à trop ‘se rapprocher’ d’elle, préférant rester distant avec la jeune femme. Toutefois son air jovial fut vite retrouvé lors de son voyage avec Donna bien qu’il n’ai pas tout à fait remonté la pente.
    Le Docteur n’accepte que difficilement la défaite ou l’échec. Particulièrement quand cela touche les personnes qu’il apprécie. Il ne supporte pas de se sentir impuissant et essaye régulièrement de faire l’impossible pour sauver les personnes qu’il apprécie (cela ne marche cependant pas toujours comme il a pu le constater avec Astrid, à bord du Titanic).
    La première fois qu’il a rencontré Donna Noble celle-cui lui a dit qu’il était nécessaire que le Docteur ai des compagnons, pour l’empêcher de ‘succomber à ses pulsions’. Cependant après avoir perdu son amie dans une méta-crise il decida de ne plus prendre de compagnon avec lui pour ne plus être déçu lorsque ceux-ci partaient. Mais une fois de plus le seigneur du Temps le regreta lorsqu’il brisa les Lois du Temps pour satisfaire son égo. Durant sa ‘crise’ il s’était prétendu le vainqueur. Il n’était pas le dernier des seigneurs du Temps mais le survivant. Il pretextait que les lois du Temps devait lui obéir, puisqu’il était le ‘Time Lord Victorious’. Le suicide d’Adelaide Brooke (une des trois personnes qu’il avait pu sauver) lui fit prendre conscience des conséquences de ses actes.
    Cette incarnation se retrouve engagée dans des situations amoureuses beaucoup plus souvent que les précédentes. Il tomba amoureux de Rose Tyler et eu les cœurs brisés lors de sa perte. Beaucoup d’autre tombèrent sous le charme du Docteur, dont Madame de Pompadour, Joan Redfern (il s’agissait plutôt de John Smith et non du Docteur), Martha Jones, Astrid Perth, River Song (dans son avenir) et Christina de Souza. L’attirance est d’ailleurs réciproque pour tous excepté Martha, Christina et Jack (aucun n’est blond, vous comprenez !) bien qu’il ne soit pas au courant de l’attraction de Jack pour lui.
    Le Docteur est absolument répugné à l’idée d’utiliser une arme contre un ennemi, et refuse toujours avec acharnement cette solution. Il voit aussi d’un mauvais œil les personnes en utilisant. Davros souligna qu’l refusait de prendre un fusil mais qu’il tournait ses compagnons en armes.
    Répugné par la violence le Docteur cherche toujours à trouver d’abord des solutions sans avoir recour à la violecnce si c’est possible. Il a cherché à trouver un compromis avec le chef des Sycorax dans un duel. S’il y perdit sa main (qui repoussa) il gagna le combat (il n’était pas si mauvais avec une épée !). Mais le chef des Sycorax trahit sa promesse et le Docteur le tua et banni les aliens de la Terre leur demandant de dire qu’elle était défendue à ceux qu’ils croisaient.
    C’est à peu près à ce moment qu’il se mit à ne pas supporter Torchwood, lorsque sur les ordres d’Harriet Jones ils détruisirent le vaisseau.
    L’alien est toujours prêt à donner une deuxième chance. Il s’en voit même obligé quite à devoir en mourir. Une seule personne a le privilège d’échapper à cette règle, c’est le Maître. Bien qu’il le croit mort.
    Le Docteur a un grand respect pour l’humanité ainsi que le désir de la protéger sans cesse, parlant toujours de leur importance. Il a certainement influencé de la sorte ses compagnons (et a lui-même été influencé par eux comme le lui fait remarquer Donna). Lorsque Wilfred Mott lui dit qu’ils (les humains) doivent ressembler à des insectes par rapport à lui, le Docteur lui répond que les humains ressemblent à des géants pour lui.
    Le Docteur a indéniablement peur de sa mort et fait tout pour la contourner, ou du moins la retarder.


Signe(s) particulier(s) :
    Le Docteur est un cas particulier à lui tout seul. Les signes les plus notables sont certainement qu’il ne se sépare jamais de son tournevis sonique (c’est pourtant démodé maintenant) et son moyen de transport à l’apparence d’une boîte de cabine téléphonique anglaise des années 60 plus grande à extérieure qu’à l’intérieur. Oh, et accessoirement comme tous seigneur du Temps il possède deux cœurs (la perte de l’un d’entre eux l’affect), il a un pouls de 170 battements par minute, une température corporelle de 15 degré Celsius et un système respiratoire particulier qui lui permet de rester plus longtemps sans respirer que les humains.

Équipement ou armes notables :
    ‘ Look no weapons. Never any weapons’ . Mais un tournevis sonique très pratique par contre.


Histoire personnelle :
    A huit ans, chaque Seigneur du Temps est présenté au Schisme Intempéré. Un trou dans le tissu de la réalité. On peut y voir le Vortex Temporel…et ça fait mal. On dit que certains deviennent fous, mais n’est-ce pas le cas de tous ?
    Après avoir fait face au Schisme Intempéré, le Seigneur du Temps se choisit un nom. Le Docteur…Celui qui soigne les autres ? On peu orgueilleux non ? Certains disent que pour choisir un nom pareil, il faut être fou. Assez ironique lorsque l’on sait que ce certain s’appelle le Maître…Puis après tout, porter le nom de Seigneur du Temps est déjà assez vaniteux, alors autant aller jusqu’au bout.
    Le Docteur grandit dans la Citadelle des Seigneurs du Temps, sur Gallifrey, la planète au deux soleils, aux prairies d’herbes rouges… Une enfance ? Pas vraiment…Une vie de devoir plutôt, comme chaque enfants de Gallifrey. C’est enfant que le Docteur commença à voyager dans le temps. A ses 90 ans, alors qu’il était tout jeune, il se retrouva face à la Cascade de la Méduse. Là ou son nom véritable nom fut perdu.
    Après cela, le Docteur ne s’arrêta plus de visiter le temps et l’espace. Sa planète préférée n’était autre que la Terre, à la plus grande exaspération des Seigneur du Temps (particulièrement du Seigneur Président) qui ne voyaient pas ce que l’on pouvait trouver à cette planète peuplée d’indigènes.
    Et une guerre éclatât. La plus grande de toutes. La Guerre du Temps. Des espèces entières furent décimées. Cette guerre fut ravageuse, et les Seigneurs du Temps savaient qu’ils allaient mourir, et tout cela à cause d’une prophétie. Les principaux concernés ? Le Docteur et le Maître. La prophétie fut montrée au Docteur, l’autre était fou et impure.
    Cette prophétie disait que la race des Seigneurs du Temps était destinée à mourir. Que l’un des leurs les auraient emprisonnés dans le Temps, empêchant qui que se soit d’entrer ou de sortir dans la « bulle » créée autour de la Guerre. Mais il y avait un lien qui pourrait les permettre de briser le verrou. Ce lien était le rythme des battements de cœurs d’un Seigneur du Temps…Des tambours, des tambours dans la tête du Seigneur du Temps le moins digne de sa race : le Maître. Et tout cela se passerait sur la Terre. Par la suite, le Seigneur Président avait l’intention de détruire totalement la Création.
    Le Docteur était pour ainsi dire la baba cool de son époque. Lui il n’en avait rien à faire du pouvoir, de la domination du monde. Ce fut donc lui qui créa le verrou, emprisonnant ainsi les Seigneurs du Temps, les Daleks, les Dégradations de Skaro, la Horde des Simulacres, l’Enfant du Cauchemar, le Roi Qui-aurait-pu être et son armée d’Entre-temps et de Jamais-étés. La guerre était devenu un enfer, et si le verrou s’ouvrait, la guerre descendrait. Même les Seigneurs du Temps n’y survivraient pas. Et le Seigneur Président comptait détruire la création, créant ainsi une rupture, la laissant continuer jusqu’à ce qu’elle déchire le vortex du temps créant la fin du temps.
    Il avait fait tout cela contre la décision du Conseil bien sur (en réalité il n’avait même pas demandé l’avis du Conseil). Pendant quelque temps le Docteur erra dans l’univers sans but. Puis, il continua à visiter l’espace et le temps avec des compagnons à ses côtés…Compagnons qu’il devait généralement quitter rapidement.
    Le Docteur tomba amoureux de plusieurs jeunes filles. Une certaine Rose Tyler, Reinette Poisson (plus connue en tant que Madame de Pompadour), Astrid et tant d’autres, qu’il ne put jamais garder à ses côtés. La première de ces jeunes femmes était devenu le Big Wolf et avait ouvert le cœur du Tardis aspirant ainsi une partie du vaisseau, et du vortex. Le Docteur aspira le surplus d’énergie, ce qui provoqua une de ses régénérations. Puis il rencontra Madame de Pompadour, mais elle mourût avant qu’il ne puisse la faire voyager dans le temps comme il le lui avait promis. Le Docteur abandonna Rose dans une dimension Parallèle pour la garder en vie. Tout cela à cause des Daleks qui avait réussit à survivre à la Guerre du Temps.
    L’alien prit une autre compagne : Martha Jones. Mais elle le quitta après que le Maître ai tenté de conquérir la Terre (supprimant le Japon, plus un dixième des humains et rendant au Docteur ça véritable apparence) et qu’elle ai dévié ses plans. Voyager pour toujours avec le Maître à ses côtés plaisait bien au Docteur, mais le deuxième Seigneur du Temps ne semblait pas de cet avis, puisqu’il se laissa mourir…Ce lui faisait le pied au Doc’.
    Le dernier des Seigneurs du Temps reprit ses voyages, accompagné cette fois de Donna Noble. Mais il dut faire perdre la mémoire à sa meilleure amie (encore à cause des Daleks, qui ne voulaient absolument pas mourir) et sauver par la même occasion (et une fois de plus) le monde.
    Le Docteur ne devait plus jamais réapparaître devant Donna Noble sous peine que la tête de cette dernière ne brûle ; par erreur, elle était devenu à moitié Seigneur du Temps (et avait dédoublé le Docteur) ; et un être mi-seigneur du temps mi-humain ne peut survivre. Quant à Rose, elle eut le double du Docteur (qui fit un génocide et tua tout les Daleks). Le vrai repartit pour voyager, mais seul cette fois. Il ne voulait plus reprendre de compagne.
    Il apprit ainsi que la fin de sa chanson était pour bientôt…Donc qu’il allait bientôt mourir. Et que se seraient les quatre coups qui annonceraient l’arrivé de sa mort … Le Maître ? Probablement.


Trivia (Détails importants mais trop anecdotiques pour figurer dans la biographie) //

Citations de votre personnages, ou décrivant votre personnage (tirées de la source officielle, et pertinentes pour donner une idée de son physique, de sa personnalité, etc … ) :

    ‘Alright. He's tall and thin. Wears a brown suit. Maybe a blue suit. He's got a long brown coat. Modern sort of hair. All sticky-uppy.’ Wilfred Mott ‘The End of Time part one’

    ‘Doctor.’
    ‘Oh, just in time! Come on. Come on, we're going to the country. Fresh air and geniuses! What more could ask for?’
    ‘ I'm not coming with you. I've been thinking... Sorry, I'm going home. ‘
    ‘ Really? ‘
    ‘ I've got to. ‘
    ‘ Well, if that's what you want. It's a bit soon. I had so many places I wanted to take you. The fifteenth broken moon of the Medusa Cascade, the lightning skies of Cotter Palluni's World, the diamond coral reefs of Kataa Flo Ko. Thank you. Thank you, Donna Noble, it's been brilliant. You've saved my life in so many ways. You're... you're just popping home for a visit, that's what you mean? ‘
    ‘You dumbo. ‘
    ‘And then you're coming back?’
    ‘ Do you know what you are? …A great big outer space dunce.’
    ‘ Yeah.’ ‘The Doctor & Donna Noble ‘The Sontaran Stratagem


    ‘Think you've seen it all? Think again. Outside those doors, we might see anything. We could find new worlds, terrifying monsters, impossible things. And if you come with me... nothing will ever be the same again!’ The Doctor ‘The christmas invasion’

    ‘You just can't get the staff. Now you! Just wait. I'm busy! Mickey, hello! And Harriet Jones, MP for Flydale North! Blimey, it's like This Is Your Life! Tea! That's all I needed! Good cup of tea! Super-heated infusion of free-radicals and tannins, just the thing for healing the synapses. Now, first things first. Be honest. How do I look?’
    ‘Umm... different.’
    ‘Good different or bad different?’
    ‘Just... different.’
    ‘Am I... ginger?’
    ‘No, you're just sort of... brown.’
    ‘Aw, I wanted to be ginger! I've never been ginger! And you, Rose Tyler! Fat lot of good you were! You gave up on me! Ooh, that's rude. Is that the sort of man I am now? Am I rude? Rude and not ginger.’ The Doctor & Rose Tyler ‘The christmas invasion’

    ‘Don't play games with me. You just killed someone I liked and that is not a safe place to stand! I'm the Doctor and you're in the biggest Library in the universe. Look me up.’ The Doctor ‘Forest of the dead’

    ‘And, I'll tell you something else; we just met Queen Victoria!’
    ‘ Oh I know! She was just sitting there.’
    ‘ Like a stamp!’
    ‘ I wanted to say "we are not amused". Bet you five quid I can make her say it.’
    ‘ Well if I gambled on that, it'd be an abuse of my privilege as a traveler in time.’
    ‘ Ten quid?’
    ‘ Done.’ The Doctor & Rose Tyler ‘Tooth and claw’



Quelles sont les motivations de votre personnage, à son arrivée dans la ville de Redemption ?
    Le Docteur est attiré par tout ce qui est phénomènes étranges et aime se mêler de ce qui ne le regarde pas. Entre autre la ville de Redemption ne se trouve sur aucune carte et c'est d'abord un peu par hasard qu'il s'y est rendu. A la base il ne comptait pas rester dans la ville, mais il s'est rapidement rendu compte que quelque chose ne tournait pas rond. En premier lieu parce qu'il y avait le Maître -qui était censé être mort et ceux pour la énième fois- mais aussi parce qu'il y avait un nombre non négligeable de corps retrouvés. Et comme dit plus haut le Docteur adore fouiner dans les affaires des autres.


Exemple de RP (minimum 20 lignes, décrivant l'arrivée de votre personnage à Redemption, où une période clef de son existence s'il est né ici) :
    Le Docteur était calé dans un vieux siège défoncé dans l’une des pièces du TARDIS où il passait le plus clair de son temps, celle qui lui servait à faire toutes les manipulations nécessaires pour que le TARDIS l’emmène où et quand il voulait. Les pieds sur la console, une tasse dans la main et un livre dans l’autre l’alien sirotaient tranquillement son thé brûlant tout en lisant d’un air peu emballé les pages remplies de petits caractères. Livre qui portait d’ailleurs ce titre ‘Les caractères’ de LaBruyère. Les moralistes n’avait jamais été sa tasse de thé il trouvait assez agaçant ces personnes qui ne faisait que critiquer. Comme quoi, qui se ressemble ne s’assemble pas toujours.
    Il venait tout juste d’échapper à un mariage accidentel avec Elisabeth Première d’Angleterre et avait prit la décision de se poser cette fois dans un endroit calme ou il ne risquerait rien. La planète où les chiens n’avaient pas de truffes, Barcelona.
    Brusquement un bruit affreux éclata dans le TARDIS raisonnant contre les murs de vaisseau. Sous le coup de la surprise le Docteur sursauta renversant du thé sur son costume marron. Il se leva d’un bond poussant un juron en enochian jetant plus loin l’œuvre de LaBruyère. Après un rapide constat des dégâts sur son costume il fit le tour de la console pour éteindre l’alarme à la tonalité désagréable (le même genre que les sonneries des réveils matin, mais en beaucoup plus fort pour être sûr qu’un sourd puisse l’entendre). Lorsque l’alien tapa violemment sur un énorme bouton et abaissa deux interrupteurs la bruit s’arrêta ainsi que l’ampoule rose qui clignotait avec insistance. Bien, maintenant se changer. Non ! L’extraterrestre s’allongea à moitié sur la console pour attraper le scanner et le faire tourner vers lui. Quelqu’un venait d’envoyer un SOS et le TARDIS l’avait capté le Docteur devait donc s’en occuper (il n’avait pas de contrat, c’était juste un principe et plus fort que lui). Après avoir lu les coordonnées (une ville auquel l’alien n’avait jamais fait attention, aux Etats Unis en Virginie) le Docteur fit toutes les manipulations nécessaires pour que son vaisseau s’envole vers leur nouvelle destination. Allons-y ! La colonne centrale s’activa dans le bruit familier et rassurant du TARDIS annonçant qu’il se dématérialisait pour réapparaître ailleurs. Les grandes secousses obligèrent le seigneur du temps à se tenir à ses commandes entre chaque levier qu’il abaissait ou manivelle qu’il tournait avec vigueur. Il termina avachi sur la console, une fois de plus, une jambe en l’air pour faire contre poids alors qu’il tendait les doigts pour tirer vers lui un interrupteur (il se félicitait d’être aussi long et non tout petit, c’était bien pratique pour conduire le TARDIS). Une grande secousse ébroua le vaisseau et le Docteur se tomba sur le sol. Il se releva légèrement sonné mais un grand sourire sur les lèvres. Une nouvelle secousse eu lieu, mais il se rattrapa plus ou moins à la rambarde. Dire qu’il se la prit dans le ventre se retrouvant souffle coupé accroché à elle aurait été plus juste. Mince, il l’avait pensé plus loin.
    Mais pas de temps pour divaguer, quelqu’un ici avait besoin de son aide. Il attrapa son manteau qu’il avait négligemment posé sur une des colonnes corail du TARDIS (le porte-manteau devant la porte de son vaisseau servait juste de décoration) mais s’arrêta d’un coup…Hors de question qu’il sorte comme ça, il n’était pas présentable. Il reposa donc son long manteau pour sortir en courant de la pièce et aller se fournir un nouveau costume.
    Quelques minutes plus tard (il n’avait jamais été très long à se changer) il enfilait son manteau prêt à sortir. Le Docteur n’avait pas simplement changé de costume. Cravate, chemise et chaussures étaient dans le coup. Il tira la porte de bois du TARDIS et sortit.
    Oh…
    Alors c’était ce genre de problèmes…Il allait peut être rester ici plus longtemps qu’il ne le pensait…
    Le Docteur sortit les clés du TARDIS de la poche de son manteau et le verrouilla à distance (comme pour les voitures, fun non ?).
    Après avoir scruté silencieusement les immeubles qui lui faisaient face s’attendant presque à voir le Maître le saluer par une des petites fenêtres crasseuses, le seigneur du temps s’enfonça dans une ruelle aussi sombre qu’inquiétante.



Images représentant votre personnage :


Comment avez-vous connu le forum ? Des connaissances bien placées.
Code du règlement : Checked by The Master
Questions, commentaires, suggestions : Je tenais à souligner la génialité du staff, et non ce n'est pas entièrement de la lèche 8]


Citation :
Je certifie avoir plus de quinze ans, avoir pris connaissance du règlement et jure solennellement de le respecter si je ne veux pas mériter un aller simple pour le bureau du Maire. Je joue le personnage du Docteur par simple plaisir et dans un but non-lucratif, lequel appartient à ses créateurs. S'il m'appartenait, vous croyez vraiment que je viendrais perdre mon temps ici ?

Claire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
The Master

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 13/01/2010
Localisation : On your planet, taking over your city.
Emploi/loisirs : See above.
Humeur : Supreme

MessageSujet: Re: If you don’t have a gun, and the enemy does, they can shoot you dead. But the moral high ground is yours    Lun 10 Jan - 20:58

Un visage qui est censé me dire quelque chose, il me semble .... Bah, ce ne devait pas avoir grande importance. Quoi qu'il en soit, tout me semble en règle, donc je valide. Bienvenue dans ma ville, cher touriste aux goûts ophtalmologiques douteux (même si avec de tels projets, votre visite risque de s'écourter fort prématurément ...).

_________________

And so it came to pass that the human race fell, and the Earth was no more.
And I looked down upon my new dominion as Master of all,
And I thought it good.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
If you don’t have a gun, and the enemy does, they can shoot you dead. But the moral high ground is yours
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» U don't know me
» [LIGHT NOVEL/ANIME/MANGA] Boku wa Tomodachi ga Sukunai
» Barth ➸ I don’t suffer from insanity, I enjoy every moment of it... Or not.
» Photos haute vitesse
» [Tokissi] Lynette ma Lapine! (bas p.1)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nightmare City :: Registres :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: